Proâme : le blog de l'avenir

Proame est un site blog qui roule pour les business d'avenir (qui font sens) : internet des objets, robots, impression 3D ... qui pense que le numérique peut être libérateur pour l'homme (outil d'inclusion sociale, de partage, d'intelligence augmentée et qui défend l'économie du partage, des liens : ouishare, conso collaborative, monnaie sociales, open source !

Proâme : le blog du changement d'époque

"Nous nous imaginons peut-être traverser seulement un orage. En réalité, nous sommes en train de changer de climat." Pierre Teilhard de Chardin

Proâme : le blog positif de la liberté responsable

"Nous sommes dans un monde à la fois terriblement angoissant et infiniment riche de possibilités, mais de possibilités qui ne viendront pas toutes seules, qui sont prêtes à être cueillies si nous savons, si nous voulons." Gaston Berger, 1954.

le blog de la passion & création

« Nous savons ce que nous sommes, nous ne savons pas ce que nous pourrions être. » William Shakespeare

Derniers articles

A la recherche de l’art africain © Le Monde – un art enfin reconnu grâce à ses évangilisateurs comme Aude Minart Galerie Africaine

© photos tous droits réservés site le Monde du26 avril 2017

J’ai le plaisir de vous transférer un excellent papier sur l’Art Africain du journal  le Monde « A la recherche de « l’art africain » : Les expositions consacrées à des artistes africains à Paris ce printemps offrent l’occasion de réfléchir aux spécificités des œuvres venues d’Afrique et de ses diasporas .http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/04/26/a-la-recherche-de-l-art-africain_5117761_3212.html#xtor=AL-32280270

… qui présente notamment deux artistes  – Alexis Peskine  et Seni Awa Camara (et je pense plus) que j’ai découvert grâce aux expositions de Aude Minart, expert et grande évangilisatrice de l’art contemporain africain via sa Galerie africaine dont voici le site  entièrement re designé . http://www.lagalerieafricaine.com/

L’article est fouillé et historicisé … Il  marque via les expos actuelles le Temps de L’Afrique et la reconnaissance – ENFIN !  – de l’art contemporain africain

Je me souviens avoir écrit déjà en 200 (il y a 17 ans) dans mes ouvrages prospectivebook ceci (court extraits) corroborés d’ailleurs dans l’analyse 2017 du Monde

© Site galerie Africaine Alexis Peskine

Surtout je me réjouis de la décolonisation de l’oeil occidental – de la reconnaissance de cet art et de ses Biennales – Bref qu’enfin on tue l’exotisme ! Et je félicite encore Aude Minart pour avoir largement et encore participé a ce dé-tatouage de notre rétine. 

« Tuons l’exotisme

Pour Simon Njami fondateur de la revue noire et Ousmane Sow Huchard, critique d’art et président du comité scientifique de la Biennale, Dak’art, il est grand temps de prôner un art mondial et de reconnaître l’art africain. « Tuons l’exotisme » pourrait être le cri lancé par ces deux hommes : tuer l’idée d’un art fonctionnel et utilitariste qui perdure depuis des années. Même après l’émancipation de la seconde guerre mondiale et ses changements politiques, l’art africain ne s’est pas trouvé sur pied d’égalité avec les arts dits majeurs définis par les occidentaux. Rappelons que l’ethnologie a la main mise sur toutes les formes de créations extra européennes. L’argument des ethnologues fut pendant longtemps le caractère anonyme de la production artistique africaine. Renvoyer la production africaine à l’anonymat conduit à nier tout processus de création propre, toute esthétique. La contextualisation de l’art africain par rapport au milieu et aux religions qui l’avaient produites a été pendant très longtemps le moteur de toute approche de l’art africain. Sans compter que des intellectuels influents ont longtemps véhiculé une image utilitariste de l’art africain, tel Breton. Ce dernier décida un jour que l’on pouvait parler d’un art océanien en référence à la peinture naïve tahitienne mais en aucun cas d’un art africain, beaucoup trop fonctionnel et utilitariste. Une chose est certaine, le distinguo de Breton entre deux forme d’animismes est totalement surréaliste. Il faut attendre cette dernière décennie pour que la méthodologie des ethnologues soit contestée notamment par James Clifford dans son ouvrage The Predicament of culture, paru en France sous le titre Malaise dans la Culture. Dans la revue Mamba, Njami parle de son exposition « Ethnicolor » présentée à la même époque que la célèbre exposition Les magiciens de la Terre, réalisée par Jean-Hubert Martin. Il confie à Jean Lamore, auteur de la revue qu’il s’est aperçu « qu’on parle encore de la sienne, alors que mis à part ma famille et les quelques personnes qui ont contribué à sa réalisation, plus personne ne se souvient d’Ethnicolor ». Et aujourd’hui encore, de nombreuses expositions se montent sous l’œil expert d’ethnologues et d’anthropologues…Tout semble se décider hors de l’Afrique. Hormis les quelques biennales qui se déroulent désormais sur le continent noir, à Dakar et à Johannesburg. Mais là encore, la situation n’est pas simple puisque ces manifestations sont financées sur crédits occidentaux. Qui peut vraiment prétendre connaître l’art africain, pouvoir nommer plus de 5 artistes africains, identifier des mouvements ? Que savons nous vraiment de l’art africain ? Suffit-il de parler d’arts premiers pour déconstruire notre imaginaire « primaire » ? Oui, car il nous faut aussi admettre que notre psychisme collectif occidental est tatoué exotique par une imagerie coloniale « zoologique ». Cette imagerie ne se prête pas à une reconnaissance de l’art africain  »

Maryline Passini Prospectivebook avril 2.000

© site galeria Africaine – Seni Awa Camara

Sur mon blog mes derniers post sur la galerie africaine de Aude Minart

  1. INVITATION de La Galerie Africaine au salon Zürcher AFRICA du 27 Mars au 2 Avril, Paris 3ème : http://www.proame.net/invitation-de-la-galerie-africaine-au-salon-zurcher-africa-du-27-mars-au-2-avril-paris-3eme/
  2. Apaisez-vous & résonnez en 2017 avec Récits d’Afrique by Aude Minart à la Mu Gallery : c’est enfin le Temps de l’Afrique  : http://www.proame.net/apaisez-vous-resonnez-en-2017-avec-recits-dafrique-by-aude-minart-a-la-mu-gallery-cest-enfin-le-temps-de-lafrique-avec-son-printemps-en-2017/
  3. Aude Minart RECITS D’AFRIQUE ! http://www.proame.net/save-the-date-mardi-24-janvier-cocktail-recits-dafrique-by-aude-minart-a-la-mu-gallery-cest-enfin-le-temps-de-lafrique/

How Leading Retailers Are Approaching The New Food Landscape © PSFK’s LAB

24 avril 2017 Non classé 0 commentaire

PSFK’s Food Debrief examines retailers that are removing barriers to a frictionless shopping experience, setting a new standard for all consumer industries

With the permeation of assistive technologies in consumers’ lives, from AI to IoT, their expectations of convenience continue to evolve. When it comes to grocery shopping, it is no longer enough to be able to get in and out of a store quickly. Instead, shoppers expect brands and retailers to facilitate a streamlined and efficient experience throughout the entire, continuous shopping cycle, from product discovery to replenishment and education.

Article complet avec rapport https://www.psfk.com/2017/04/food-retail-innovation-landscape.html?utm_source=PSFK+Newsletter&utm_campaign=bd275f832e-Daily%3A+%2A%7CRSSITEM%3ADATE%7C%2A&utm_medium=email&utm_term=0_16a14e1b11-bd275f832e-426462845

TO BE IA OR NOT TO BE ? Elon Musk veut nous améliorer en surhumains pour faire face à la méta intelligence de l’IA – mais est vraiment intelligent ?

Voici un bref résumé traduit de la vision volonté d’Elon Musk d’ici 4 ans – Le reste de l’article sera en anglais – En bref je dirais que la question désormais serait TO BE IA OR NOT TO BE  .. ou d’autres voie possible ?

Comme selon moi une intelligence collective (cerveau en commun) plus forte qu’une IA – une intelligence co consciente planétaire ??

En attendant voici le résumé :

C’est l’année 2021. Un patient quadriplégique vient d’avoir eu un million de microparticules « dentelle neurale » injectées dans son cerveau, le premier humain du monde avec un système de communication sur Internet utilisant une interface cerveau-esprit implantée sans fil – et l’autonomisant comme premier cyborg surhumain.

Non, ce n’est pas un complot de film de science-fiction. C’est la première étape publique actuelle – dans quatre ans seulement – dans le plan d’affaires du chef de la direction Elon Musk de Tesla pour sa dernière nouvelle entreprise, Neuralink. Site ici : https://neuralink.com/

Il est maintenant accessible  pour la première fois sur le blog WaitButWhy de Tim Urban. Site ici http://waitbutwhy.com/2017/04/neuralink.html

Faire face au risque existentiel de  meta intelligence de l’IA pour ne pas devenir des animaux ?

Un tel système permettrait une communication radicalement améliorée entre les gens, croit Musk. Mais pour Musk, la grande préoccupation est la sécurité de l’IA. « L’IA va évidemment dépasser beaucoup l’intelligence humaine », dit-il. « Il y a un certain risque à ce moment-là que quelque chose de mal arrive, quelque chose que nous ne pouvons pas contrôler, que l’humanité ne peut pas contrôler après ce point – soit un petit groupe de personnes monopolisent la puissance de l’IA, soit l’IA devient folle ou quelque chose comme ça . « 

C’est pourquoi, dans un avenir Monde composé d’IA il pense que nous n’avons qu’une seule bonne option: être une IA. d’où ma question être ia ou ne pas être ?

Pour atteindre son objectif, le chef de la direction de Neuralink, Musk, a rencontré plus de 1 000 personnes, en l’avalant initialement à huit experts, tels que Paul Merolla, qui a passé les sept dernières années en tant que concepteur principal de puce chez IBM sur son programme SyNAPSE financé par DARPA Des puces neuromorphes (inspirées du cerveau) avec 5,4 milliards de transistors (chacun avec 1 million de neurones et 256 millions de synapses) et Dongjin (DJ) Seo, qui, lors de l’UC Berkeley, a conçu un système de rétrodiffusion ultrasonore pour alimenter et communiquer avec la bioélectronique implantée appelée poussière neurale Pour enregistrer l’activité cérébrale. *

L’électronique de maillage est injectée par une aiguille de verre de diamètre intérieur de 100 micromètres en solution aqueuse (crédit: Lieber Research Group, Harvard University)

Devenir un avec l’IA – une bonne chose? La suite de l’article c’est ici : http://www.kurzweilai.net/elon-musk-wants-to-enhance-us-as-superhuman-cyborgs-to-deal-with-superintelligent-ai?utm_source=KurzweilAI+Daily+Newsletter&utm_campaign=6ef575aeac-UA-946742-1&utm_medium=email&utm_term=0_6de721fb33-6ef575aeac-281922065

Les Flûtes solaires et sonores d’Erik Samakh – opéras biotiques modernes – nouvelle installation 27 avril au 07 juillet 2017

Voila un artiste qui m’enchante et a toujours enchanté la nature !

  » Mes références sont instinctives et simples mais ce qui m’importe, c’est qu’elles viennent de mes propres expériences, qu’elles soient vraies et vivantes. Elles sentent la terre, la vase et la forêt. Et mes ordinateurs sentent la même chose ». Erik samakh

Les joueurs de flûtes est le titre générique d’un ensemble d’œuvre du plasticien Erik Samakh qui initie ou participe à nombre de projets de « renaturalisation » et particulièrement en forêt.

« Je réalise le plus souvent une bande son qui influe sur notre perception du visible et de l’invisible. Je réussis à donner la notion de soleil grâce au simple son des flûtes : elles ne peuvent émettre des sons forts que si le soleil est total et les sons s’affaiblissent s’il y a des nuages. À la simple écoute du son des flûtes, on peut voir et sentir l’intensité du soleil. Les sons créent le soleil. Dans mes installations acoustiques, le son est aussi une métaphore de la vie, de quelque chose qui bouge, qui se déplace et qui n’est pas inerte ou mort. Pour le spectateur, le déplacement a une valeur presque initiatique. Ces vibrations sont là pour ouvrir le champ d’investigation mentale et physique, et rendre possible d’atteindre à l’intérieur de soi cette mémoire très personnelle, intuitive et profonde »  interview de Mary Passini en 2003

Ces joueurs de flûtent enchantent aujourd’hui de nombreuses forêts. Je vous invite à découvrir à partir du jeudi 27 Avril une nouvelle installation sonore de flûtes désormais solaires dans le parc de la Bâtie à Claix.

Le vernissage est à 18h et une conférence d’environ une heure est organisée
pour présenter l’histoire des flûtes solaires et de nouveaux projets.

AIR-INK: la première encre du monde créée avec la pollution de l’air – et c’est beau car usage artistique

SITE AVEC VIDEO  http://www.graviky.com/air-ink.html

© Airlink   L’air et l’encre. Il est difficile de voir comment ces deux éléments sont liés, mais grâce à des progrès créatifs dans la technologie, les créateurs de MIT Media Lab et Graviky ont créé un dispositif qui transforme la pollution de l’air en encre de haute qualité pour l’art. Oui, la pollution peut maintenant être utilisée pour quelque chose de positif, et on l’appelle Air-Ink. Il est inévitable que nous soyons confrontés à des niveaux élevés de pollution dans les grandes villes, et une entreprise a conçu un produit non seulement pour lutter contre la pollution, mais aussi pour purifier des éléments sévères et le transformer en quelque chose de positif.

  1. ce dispositif est un filtre adapté au tuyau d’échappement des véhicules, des générateurs ou d’autres machines pour capturer les polluants émis. Une once liquide d’encre peut être produite en captant seulement 45 minutes d’éléments polluants qui sont laissés dans l’atmosphère. Pour mettre en perspective, cela suffit d’encre pour remplir un stylo.
  2. La suie polluée collectée passe par une série de procédés pour produire un pigment purifié et riche. Ce pigment de carbone peut ensuite être produit en différentes encres ou même des peintures.

Air-Ink offre plusieurs marqueurs et stylos différents avec différents conseils d’application en fonction de vos besoins artistiques spécifiques. De la conception des produits aux peintures et peintures murales, les possibilités d’utilisation de cette riche encre sont infinies.
Pour l’instant, les marqueurs disponibles sont de 2 mm, 15 mm, 30 mm et 50 mm, ainsi qu’un ensemble d’impression sérigraphique.

Voir les produits – ici https://www.kickstarter.com/projects/1295587226/air-ink-the-worlds-first-ink-made-out-of-air-pollu?ref=category_recommended

 

« Stranges Beast » (Bêtes étranges) portent elles « étrangement » l’avenir de la réalité augmentée ? un voir imaginal interagissant qui prend corps?

« Lorsque l’œil se déplace, le monde change entièrement de structure  » Francastel

Magali Barbé  réalisatrice française et animatrice  vient de sortir son premier court-métrage intitulé «Strange beast ». Un film etrangement surprenant …

Video – https://vimeo.com/209070629

 

 « les bêtes étranges » – ? sont un  un jeu de réalité augmentée développé par Victor Weber qui permet aux utilisateurs de créer, de personnaliser et de développer leur propre animal de compagnie. 

Un jeu graphiquement exceptionnel qui  propose une voie nouvelle pour l’avenir du divertissement  comme l’explicite son créateur  Weber

« Personnellement, je crois qu’il doit être interactif. Je ne veux pas simplement raconter une histoire, ou rester assise là à regarder un écran. Je veux faire partie de celui-ci, je veux sentir des bêtes réelles et étranges tout autour, avoir une réelle interaction », 

magali barbé bêtes étranges designboom court métrageD’où l’idée de permettre aux  utilisateurs de personnaliser et de développer leurs propres « animaux » à la démesure de leur imaginaire.

Weber explains that this is made possible by “nanoretinal technology” that “superimposes computer-graphics-composed imagery over real world objects by projecting a digital light field directly into your eye.” The imagery is reminiscent of Magic Leap promos — but using surgically implanted “supervision” displays.

Voir MAGIC LEAP ICI https://www.magicleap.com/#/home

 

 

 

 

 

Traduction

« Tout cela est rendu possible grâce à la technologie nano  de la rétine », Weber.  Comme des lentilles optiques, le dispositif est placé sur un des yeux et un champ numérique de lumière est directement projeté en eux pour créer la même expérience que la réalité augmentée – autrement dit la superposition de graphiques virtuels sur des objets du monde réel. Et ce partout dans la maison, au parc, dans un lieu public ou même dans les rues, le jeu offre un nombre infini de possibilités d’interaction.

Le jeu est basé sur une technologie nano de la rétine qui projette les données à travers un champ numérique de lumière.

A noter l’évolution du voir d’une sociologie du regard – après le voir académique de la mesure nous sommes passé à un voir topodynamique via le numérique qui se transforme désormais en voir  imaginal acteur inter agissant ! Un monde protoform s’offre à nous –

Comme le disait Francastel chaque nouveau règne optique marque le changement du monde et de sa structure. Maryline

 

 

Un blog pour l’avenir


Non au futur (prévision froide). Oui à l'avenir (action humaine). Dixit le Petit Prince, "l'avenir, tu n'as pas à le prévoir, tu dois te le permettre".

Ce blog est dédié aux idées d'avenir positives, aux changements. La prospective est à la fois une science de synthèse pluridisciplinaire et un art pour défricher de nouveaux territoires, repérer des courants forces, explorer des imaginaires...

C'est surtout un outil Eureka pour inventer de nouveaux produits et services, sublimer ou mythifier une marque et ses produits, créer la valeur de la valeur....

Vive l'avenir, car ce qui est génial, c'est que tout commence et que tout est possible !

Maryline

Défilant