Home » l’art change le monde et le colore d’émotions » Recent Articles:

A la recherche de l’art africain © Le Monde – un art enfin reconnu grâce à ses évangilisateurs comme Aude Minart Galerie Africaine

© photos tous droits réservés site le Monde du26 avril 2017

J’ai le plaisir de vous transférer un excellent papier sur l’Art Africain du journal  le Monde « A la recherche de « l’art africain » : Les expositions consacrées à des artistes africains à Paris ce printemps offrent l’occasion de réfléchir aux spécificités des œuvres venues d’Afrique et de ses diasporas .http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/04/26/a-la-recherche-de-l-art-africain_5117761_3212.html#xtor=AL-32280270

… qui présente notamment deux artistes  – Alexis Peskine  et Seni Awa Camara (et je pense plus) que j’ai découvert grâce aux expositions de Aude Minart, expert et grande évangilisatrice de l’art contemporain africain via sa Galerie africaine dont voici le site  entièrement re designé . http://www.lagalerieafricaine.com/

L’article est fouillé et historicisé … Il  marque via les expos actuelles le Temps de L’Afrique et la reconnaissance – ENFIN !  – de l’art contemporain africain

Je me souviens avoir écrit déjà en 200 (il y a 17 ans) dans mes ouvrages prospectivebook ceci (court extraits) corroborés d’ailleurs dans l’analyse 2017 du Monde

© Site galerie Africaine Alexis Peskine

Surtout je me réjouis de la décolonisation de l’oeil occidental – de la reconnaissance de cet art et de ses Biennales – Bref qu’enfin on tue l’exotisme ! Et je félicite encore Aude Minart pour avoir largement et encore participé a ce dé-tatouage de notre rétine. 

« Tuons l’exotisme

Pour Simon Njami fondateur de la revue noire et Ousmane Sow Huchard, critique d’art et président du comité scientifique de la Biennale, Dak’art, il est grand temps de prôner un art mondial et de reconnaître l’art africain. « Tuons l’exotisme » pourrait être le cri lancé par ces deux hommes : tuer l’idée d’un art fonctionnel et utilitariste qui perdure depuis des années. Même après l’émancipation de la seconde guerre mondiale et ses changements politiques, l’art africain ne s’est pas trouvé sur pied d’égalité avec les arts dits majeurs définis par les occidentaux. Rappelons que l’ethnologie a la main mise sur toutes les formes de créations extra européennes. L’argument des ethnologues fut pendant longtemps le caractère anonyme de la production artistique africaine. Renvoyer la production africaine à l’anonymat conduit à nier tout processus de création propre, toute esthétique. La contextualisation de l’art africain par rapport au milieu et aux religions qui l’avaient produites a été pendant très longtemps le moteur de toute approche de l’art africain. Sans compter que des intellectuels influents ont longtemps véhiculé une image utilitariste de l’art africain, tel Breton. Ce dernier décida un jour que l’on pouvait parler d’un art océanien en référence à la peinture naïve tahitienne mais en aucun cas d’un art africain, beaucoup trop fonctionnel et utilitariste. Une chose est certaine, le distinguo de Breton entre deux forme d’animismes est totalement surréaliste. Il faut attendre cette dernière décennie pour que la méthodologie des ethnologues soit contestée notamment par James Clifford dans https://www.viagrapascherfr.com/commande-du-viagra/ son ouvrage The Predicament of culture, paru en France sous le titre Malaise dans la Culture. Dans la revue Mamba, Njami parle de son exposition « Ethnicolor » présentée à la même époque que la célèbre exposition Les magiciens de la Terre, réalisée par Jean-Hubert Martin. Il confie à Jean Lamore, auteur de la revue qu’il s’est aperçu « qu’on parle encore de la sienne, alors que mis à part ma famille et les quelques personnes qui ont contribué à sa réalisation, plus personne ne se souvient d’Ethnicolor ». Et aujourd’hui encore, de nombreuses expositions se montent sous l’œil expert d’ethnologues et d’anthropologues…Tout semble se décider hors de l’Afrique. Hormis les quelques biennales qui se déroulent désormais sur le continent noir, à Dakar et à Johannesburg. Mais là encore, la situation n’est pas simple puisque ces manifestations sont financées sur crédits occidentaux. Qui peut vraiment prétendre connaître l’art africain, pouvoir nommer plus de 5 artistes africains, identifier des mouvements ? Que savons nous vraiment de l’art africain ? Suffit-il de parler d’arts premiers pour déconstruire notre imaginaire « primaire » ? Oui, car il nous faut aussi admettre que notre psychisme collectif occidental est tatoué exotique par une imagerie coloniale « zoologique ». Cette imagerie ne se prête pas à une reconnaissance de l’art africain  »

Maryline Passini Prospectivebook avril 2.000

© site galeria Africaine – Seni Awa Camara

Sur mon blog mes derniers post sur la galerie africaine de Aude Minart

  1. INVITATION de La Galerie Africaine au salon Zürcher AFRICA du 27 Mars au 2 Avril, Paris 3ème : http://www.proame.net/invitation-de-la-galerie-africaine-au-salon-zurcher-africa-du-27-mars-au-2-avril-paris-3eme/
  2. Apaisez-vous & résonnez en 2017 avec Récits d’Afrique by Aude Minart à la Mu Gallery : c’est enfin le Temps de l’Afrique  : http://www.proame.net/apaisez-vous-resonnez-en-2017-avec-recits-dafrique-by-aude-minart-a-la-mu-gallery-cest-enfin-le-temps-de-lafrique-avec-son-printemps-en-2017/
  3. Aude Minart RECITS D’AFRIQUE ! http://www.proame.net/save-the-date-mardi-24-janvier-cocktail-recits-dafrique-by-aude-minart-a-la-mu-gallery-cest-enfin-le-temps-de-lafrique/

Les Flûtes solaires et sonores d’Erik Samakh – opéras biotiques modernes – nouvelle installation 27 avril au 07 juillet 2017

Voila un artiste qui m’enchante et a toujours enchanté la nature !

  » Mes références sont instinctives et simples mais ce qui m’importe, c’est qu’elles viennent de mes propres expériences, qu’elles soient vraies et vivantes. Elles sentent la terre, la vase et la forêt. Et mes ordinateurs sentent la même chose ». Erik samakh

Les joueurs de flûtes est le titre générique d’un ensemble d’œuvre du plasticien Erik Samakh qui initie ou participe à nombre de projets de « renaturalisation » et particulièrement en forêt.

« Je réalise le plus souvent une bande son qui influe sur notre perception du visible et de l’invisible. Je réussis à donner la notion de soleil grâce au simple son des flûtes : elles ne peuvent émettre des sons forts que si le soleil est total et les sons s’affaiblissent s’il y a des nuages. À la simple écoute du son des flûtes, on peut voir et sentir l’intensité du soleil. Les sons créent le soleil. Dans mes installations acoustiques, le son est aussi une métaphore de la vie, de quelque chose qui bouge, qui se déplace et qui n’est pas inerte ou mort. Pour le spectateur, le déplacement a une valeur presque initiatique. Ces vibrations sont là pour ouvrir le champ d’investigation mentale et physique, et rendre possible d’atteindre à l’intérieur de soi cette mémoire très personnelle, intuitive et profonde »  interview de Mary Passini en 2003

Ces joueurs de flûtent enchantent aujourd’hui de nombreuses forêts. Je vous invite à découvrir à partir du jeudi 27 Avril une nouvelle installation sonore de flûtes désormais solaires dans le parc de la Bâtie à Claix.

Le vernissage est à 18h et une conférence d’environ une heure est organisée
pour présenter l’histoire des flûtes solaires et de nouveaux projets.

Arts numériques – floraison de nouveautés de l’artiste Miguel Chevalier – oeuvres à vivre, imaginaire en orbite .. j’adore

Je vous invite en cette période de floraison, de renouveau de découvrir la Newsletter de l’artiste numerique Miguel Chevalier toujours prospective, offrant un nouveau voir, un nouveau rapport au temps, au monde .

© Miguel Chevalier – Pixels Wave Light 2017
Oeuvre de lumière générative pérenne / Perennial generative lighting artwork
Forum des Halles (niveau/ level -2), Paris (France)
Commanditaire / Order : Unibail
A partir du 19 mai 2017, tous les jours de 8h00 à 23h00
From May 19th 2017, everyday from 8am to 11pm

Dans cette Newsletter vous découvrirez notamment PARADIS ARTIFICIELS une ouvre monumentale à 360° .. ou encore Pixels Wave Light prochainement aux Halles à Paris

Bravo Miguel et son équipe ! Maryline

La newsletter c’est ici http://eepurl.com/cHfER1

En quelques mots PARADIS ARTIFICIELS

© Miguel Chevalier – Paradis Artificiels, 2017

© Miguel Chevalier – Paradis Artificiels, 2017

In / Out – Paradis Artificiels est une architecture demi-sphérique en bois, recouverte de films holographiques, qui s’irise au soleil, tel un scarabée géant de 12 mètres de diamètre. Le visiteur est invité à pénétrer dans ce dôme géodésique. Il découvre à l’intérieur d’un second dôme de 8 mètres de diamètre, un nouveau jardin virtuel projeté à 360°. Assis sur des poufs Fatboy, il quitte la réalité et profite de cette expérience d’immersion unique où tous ses sens sont mis en éveil. Des plantes hybrides naissent aléatoirement, tournoient et s’entrelacent à l’infini, créant un mystérieux ballet végétal sur les compositions musicales de Jacopo Baboni Schilingi. Tout se renouvelle et se métamorphose en permanence.

INVITATION de La Galerie Africaine au salon Zürcher AFRICA du 27 Mars au 2 Avril, Paris 3ème

INVITATION de La Galerie Africaine au salon Zürcher AFRICA du 27 Mars au 2 Avril, Paris 3ème

Une galerie que j’aime car c’est le temps de l’Afrique et que cette galerie a été créee par Aude Minart un oeil viagrasansordonnancefr.com expert de l’art contemporain africain doublé d’une approche sensible – empathique et solidaire tres rare

Bravo Aude

Maryline

Contact : audeminart@hotmail.com, www.lagalerieafricaine.com, www.africanmodernart.com, M. 06 60 24 06 26

Mon dernier post sinon sur la galerie Africaine de Aude Minart 

DU BEAU CONTENU SANS CODER : PandaSuite l’accès à tous au Digital publishing créatif

Je vous invite à devenir un Panda comme moi

et d’accéder facilement à l’univers du beau contenu interactif creatif avec PandaSuite

Voici la vision de PandaSuite

“Les supports mobiles nous offrent de nouvelles façons de partager du contenu et de raconter https://www.viagrasansordonnancefr.com/viagra-france/ des histoires. Mais la technologie nécessite un savoir qui empêche certaines personnes avec de belles idées de réaliser leur propre application.

Nous donnons le pouvoir à tous ceux qui veulent partager un message de créer une expérience immersive pour les utilisateurs. Nous créons un pont entre la technologie et le contenu.

Nous nous occupons de tout pour que vous vous concentriez uniquement sur l’expérience utilisateur.

Nous voulons vous aider à créer des applications incroyables pour votre audience.

Nous sommes du côté de vos utilisateurs.

Rejoignez une communauté de Pandas qui veulent toujours aller plus loin et s’entraider.

Devenez un Panda.”

PandaSuite est développé par la start-up française BeIngenious .

En allant sur leur site, https://pandasuite.com/frhttps://pandasuite.com/fr

vous serez impressionné par l’étendue des possibilités & potentialités offertes par cet outil gratuit sans codage : pas besoin non plus d’être créa, graphiste pour l’utiliser.

L’outil les offre un champs d’application infinis qui s’adapte à votre niveau et vos besoins de contenus

De la mise en animation simple d’un livre , d’un communiqué de presse, d’une presentation, d’une brochure à la conception d’un guide hautement interactif pour les musées,

L’application Louvrissime en est le parfait exemple

Je recommande  l’outil à tout un chacu

  1. Auto-entrepreneurs, start-up : brochures commerciales etc
  2. Attachées de presse à votre contenu digital trop beau
  3. Artistes et associations : pas d’argent mais oui au bon contenu
  4. Consultant, agenies : surprenez dans vos outils de présentation, diffusion, promotions ..
  5. Tout un chacun : mon contenu ami famille / invitation créative, carte , CV

N’oubliez pas le beau, la culture nous sauveront .. Maryline

Save the date – mardi 24 janvier Cocktail des 18h -Récits d’Afrique by Aude Minart à la Mu Gallery : oui au Temps de l’Afrique !

Save the date – mardi 24 janvier Cocktail  -Récits d’Afrique by Aude Minart à la Mu Gallery : c’est enfin le Temps de l’Afrique15675596_10155618327572564_2417102616927852337_oPour memoire mon post sur cette extraordinaire exposition …

Ce qui a créé l’humanité, c’est la narration. !

La poésie, les grands mythes, les cosmogonies vont plus en avant que l’Intelligence car ils contiennent une vraie vision du monde et ransmettent les règles d’une vie communautaire harmonieuse

Il me semble qu’il est grand temps d’ailleurs d’écrire une autre Histoire pour notre monde !

Et pour cela je vous invite à ne pas manquer l’exposition Récits d’Afrique imaginée par Aude Minart créatrice de la Galerie Africaine ..

160920_erikk

© Lea Lund / Eric K

Récits d’Afrique va vous propulser ailleurs !

L’expo augure nous raconte une vision plus romantique de la société – Romantiser dans le sens élever les choses à une qualité supérieure pour les Biens Communs et la réciprocité culturelle.

Une exposition qui a du souffle et du corps car elle qui puise dans l’anima et les valeurs d’amour universelles de l’art africain contemporain pour nous ouvrir la voie de l’intelligence multiple, émotionnelle, de l’empathie, de l’humain tout simplement.

Récits d’Afrique : un manteau de douceur éloge du féminin

« Toutes choses prennent appui sur le féminin

Et font face au masculin

Lorsque masculin et féminin se combinent

Toutes choses atteignent l’harmonie »

capture-decran-2016-12-30-a-20-55-01

© Galerie africaine

capture-decran-2016-12-30-a-20-55-22

© galerie africaine

Vous aurez la belle surprise de découvrir pour la première fois les oeuvres de Wole Lagunju, artiste originaire du Nigeria, basé aux Etats-Unis …

Grâce à cet artiste, vous aurez la sensation extraordinaire de vous envelopper d’un manteau de paix ! En effet, Wole a réinterprété à travers ses portraits féminins la tradition du Gelede !

Ce sont les peuple sdu yorubas du Bénin et du Nigeria qui ont élaboré le Gelede, une cérémonie d’hommage et d’apaisement des « mères » de la communauté pour retrouver l’harmonie sociale. C’est un peu comme si l’on utilisait l’energie   paisible de la supériorité spirituelle des mères pour rejaillir positivement sur la communauté, Vous découvrirez dans le dossier de presse en fin d’article l’explication de cette belle tradition.

© Lea Lund / Erik K

© Lea Lund / Erik K

exnihilo

A la recherche des « résonances » génératrices de stabilité.

Vous découvrirez aussi les photos de Lea Lund & de Erik K*- les masques et trônes de Gonçalo Mabunda, tous sélectionnés à la dernière Biennale de Venise.

*Les œuvres de Lea Lund sont multiples et hybrides à l’image de notre avec des techniques et sur des supports variés : dessins réalistes et abstraits au crayon et au fusain, peintures à l’encre, illustrations et peintures à l’acrylique sur papier, sur bois ou sur carton, sculptures en argile et en papier.

Depuis des années, elle consacre une part importante de son temps à la photographie, s’intéressant particulièrement aux portraits et à l’architecture. Sa créativité est toujours intimement lié à sa vie. Son travail est exposé régulièrement en Suisse et en France.

galerie-pygmaphore_lea-lund-erik-k_weblealund_erikk_11Depuis sa rencontre avec Erik K en juillet 2011, elle réalise avec lui une série photographique dont il est le sujet, et qui l’’amène à réunir enfin la gravure, le dessin et la photographie.

Mais c’est aussi l’image d’un couple magnifique qui invite à la posture !

Un hommage particulier sera rendu aux bronziers du Burkina Faso.

Seront également à l’exposition des sculptures en bois de A. Zigani ramenées de son voyage en novembre 2016 et des objets de décoration, traditionnels et contemporains de grande qualité (comme toujours) ..

Eclectisme, diversité, hybrides positifs et créateurs, surprise, découverte, moments sacrés, empathie, Ubuntu (solidarité entre les peuples et reliance) sont une fois encore les ingrédients des expositions de Aude Minart.

recits_d_afrique_2017v2Dossier de presse mugallery_jan_17_ok3

INFOS

Du 4 au 29 janvier Mu Gallery

53 rue Blanche 75009 Paris

M : Blanche & Place de Clichy, Bus : 68 – 74

de 12h à 19h

Vernissage le jeudi 5 janvier à 18h

Cocktail le mardi 24 janvier à 18h

Ste de la galerie Africaine c’est ici http://www.lagalerieafricaine.com/

Un blog pour l’avenir


Non au futur (prévision froide). Oui à l'avenir (action humaine). Dixit le Petit Prince, "l'avenir, tu n'as pas à le prévoir, tu dois te le permettre".

Ce blog est dédié aux idées d'avenir positives, aux changements. La prospective est à la fois une science de synthèse pluridisciplinaire et un art pour défricher de nouveaux territoires, repérer des courants forces, explorer des imaginaires...

C'est surtout un outil Eureka pour inventer de nouveaux produits et services, sublimer ou mythifier une marque et ses produits, créer la valeur de la valeur....

Vive l'avenir, car ce qui est génial, c'est que tout commence et que tout est possible !

Maryline

Défilant