Home » changement d'époque - changements de cap »changeons de lunettes »changeons de nature ... une autre nature » Currently Reading:

Economiser le vivant : les abeilles sont vitales pour l’homme – « to been or not to been » – save been / save us ! je suis abeille …

« Les abeilles ne meurent pas d’une maladie mais d’une intoxication. » Marc-Edouard Colin, chercheur

1949618089_small_1Il est temps d’essaimer de bonnes infos et de bonnes idées sur les abeilles, la biodiversité, notre avenir, l’économie du vivant. En cette periode de saint Valentin, alors butinons …

abeille-macroquantifcdddAlerte :  » Syndrome d’effondrement « des abeille depuis plus de 20 ans (faudrait etre un peu plus réactif non ???

Depuis le milieu des années 80, l’apiculture est confrontée à un affaiblissement et une surmortalité marquée des colonies d’abeilles d’origine multifactorielle.

C’est en France, en 1994 que les apiculteurs se sont alarmés : durant l’été, de nombreuses abeilles ne revenaient plus dans les ruches, laissant derrière elles la reine et quelques jeunes… Les abeilles étaient retrouvées mortes sur le sol, en petits groupes ou volaient désorientées devant la ruche avec des comportements alimentaires anormaux.

Depuis, l’état de la filière apicole française est désastreux : en 2012, par rapport à 2004, le nombre d’apiculteurs a baissé de 40 %, le nombre de ruches de 20 % et la production de 28 %, selon l’Audit économique de la filière apicole française, commandité en 2011 par FranceAgriMer. Ainsi, depuis une vingtaine d’années, rien qu’en France, les taux de mortalités observés sur les colonies se sont fortement accrus. Les mortalités hivernales moyennes sont supérieures à 20 % et il est fréquent que les taux de pertes annuelles dépassent les 30 %.

Ce phénomène s’est ensuite propagé à d’autres pays européens et notamment aux Etats-Unis où à l’automne 2006, les abeilles ont commencé à disparaître de manière inquiétante avec plus de la moitié des états touchés et des pertes de population comprises entre 30 % et 90 %. Le « syndrome d’effondrement des colonies » (« colony collapse disorder » ou CCD) était né.

Disparition_abeilles_-_decoupage_2_0Malheureusement, loin de rester localisées, ces mortalités massives ne cessent de s’intensifier dans de nombreux pays : Grande-Bretagne, Belgique, Italie, Allemagne, Suisse, Espagne, Grèce, Pologne, Pays-Bas, Canada… depuis le début des années 2000. Là aussi, certaines colonies d’abeilles perdent jusqu’à 90% de leurs population…

Capture d’écran 2015-02-09 à 20.09.50Une-Eliby-AbeilleC’est grave

Légitimement inquiets, les scientifiques ont trouvé un nom à la mesure de ces désertions massives : le «  » syndrome d’effondrement «  » – ou «  » colony collapse disorder «  ». Ils ont de quoi être préoccupés : 80 % des espèces végétales ont besoin des abeilles pour être fécondées. Sans elles, ni pollinisation, et pratiquement ni fruits, ni légumes. «  » Trois quart des cultures qui nourrissent l’humanité en dépendent « , résume Bernard Vaissière, spécialiste des pollinisateurs à l’Inra (Institut national de recherche agronomique).

Arrivée sur Terre 60 millions d’année avant l’homme, Apis mellifera (l’abeille à miel) est aussi indispensable à son économie qu’à sa survie. Aux Etats-Unis, où 90 plantes alimentaires sont pollinisées par les butineuses, les récoltes qui en dépendent sont évaluées

savethebees-sign-webabeille_pollen_panneauRéveil des consciences timide en 2007

Cela fait plus de 15 ou 20 ans que plusieurs scientifiques et biologistes ont tiré la sonnette d’alarme concernant la disparition des abeilles. Mais les prises de consciences sont latentes et souvent corrélées aux catastrophes – Pourtant en 2007 le journal « Les Echos » dans un article daté du 20 Août (une date “creuse” ) : Les abeilles s’éteignent par milliards depuis quelques mois. Leur disparition pourrait sonner le glas de l’espèce humaine.

contributionpollinisateursOui en fait c’est assez simple plus d’abeille, plus d’humain ! car plus de plus de culture et grave déficit immunitaire, etc, etc …

En Europe, un groupe de travail européen sur la prévention des mortalités d’abeilles a été mis en place, coordonné par le centre Agroscope Liebefeld-Posieux qui estimait fin août 2007 que le phénomène devenait plus fréquent, et qu’il prenait « des proportions plus importantes ». Voir cette video “a qui profite le miel ?” : https://www.youtube.com/watch?v=4dVs95LwVV

Les causes

Les études en cours montrent que plusieurs causes sont responsables de cette disparition progressive : traitements pesticides, infections parasitaires, maladies, pollution, réduction de la ressource alimentaire (quantité et diversité des fleurs fournissant nectar et pollen) et des habitats, compétition avec des espèces invasives, changement climatique, multiplication des émissions électromagnétiques, nouveaux prédateurs… – Dans cet article du journal Le Monde du 29 août 2007, M. Neumann, du Centre agroscope Liebefeld-Posieux (Berne, Suisse), le note : « on peut supporter séparément une maladie, une mauvaise alimentation, un empoisonnement aux pesticides, mais quand tous les facteurs se conjuguent, il arrive un moment où la limite de résistance est atteinte« .

res_1254banimage_killbees_actu Parmi tous les facteurs martelons, ici, le rôle catastrophique des pesticides ! Apparus dans les années 1990, ces pesticides, couramment employés dans l’épandage agricole, représentent environ 40% des ventes mondiales d’insecticides, soit plus de 2,6 milliards d’euros. On les retrouve dans les traitements des sols et d’enrobage des semences dans le cadre d’une utilisation systématique et préventive. Ainsi, ils s’accumulent dans les sols, mais aussi dans les nappes phréatiques et les cours d’eau où ils persistent pendant plusieurs mois, voire plusieurs années.

Ces pesticides sont donc un danger pour nombre d’espèces entraînant des troubles de la reproduction, des facultés de survie réduites, ou encore la paralysie du système nerveux chez certains comme les abeilles. Cela met donc en péril l’ensemble de la chaîne alimentaire.

Et BIS REPETITA … ce phénomène nous touche directement, dans la mesure où, la pollinisation des fleurs par les abeilles est vitale pour les arbres fruitiers, et donc pour l’industrie agroalimentaire dans son ensemble.

Au niveau européen, 35% de ce que nous mangeons dépend directement du travail des abeilles et 84% des espèces cultivées en Europe et 80% des plantes ont besoin d’elles pour se reproduire selon l’Institut national de la recherche agronomique.

Enfin, il est essentiel de rappeler que les pesticides affectent également la santé des hommes. Des chercheurs leur attribuent une responsabilité dans le développement des cancers du sang et de la prostate, de la maladie de Parkinson ou encore de l’infertilité.

Suite à ces constats, une règlementation a été mise en place par l’Union européenne qui a suspendu en 2013 l’usage de 3 néonicotoïdes (le clothianidine, l’imidaclopride et le thiaméthoxame) pour une durée de deux ans**. Cependant, cela n’est pas suffisant et d’importantes mesures durables doivent encore être prises car les trois quarts des cultures qui nourrissent l’humanité en dépendent. C’est donc l’avenir de l’espèce humaine qui est en jeu.

Certes des mesures d’interdictions ont été prises (encore insuffisantes cependant) mais quand le profit s’en mêle cela devient « irritant » !

Stop-pesticides_14857x1** C’est pour cette raison d’ailleurs que nous devons pas laisser pas Bayer et autres grands groupes faire annuler l’interdiction des pesticides tueurs d’abeilles et signez la petition de fevrier 2015 : http://www.proame.net/ne-laissez-pas-bayer-faire-annuler-linterdiction-des-pesticides-tueurs-dabeilles/

Sans vouloir vous donner le bourdo

Les autres pollinisateurs sont aussi affectés par ce phénomène : « on a toutes les raisons de penser que quand l’abeille domestique a des soucis, c’est pire pour les espèces sauvages, car la colonie a un effet protecteur », Bernard Vaissière directeur du laboratoire de pollinisation entomophile à l’INRA d’Avignon.

Enfin, en France on a encore plus de “colonies de raisons” de s’inquièter car 2014 fut une année noire pour l’apiculture française !

Le Réseau Biodiversité pour les Abeilles a tiré la sonnette d’alarme et appelle les pouvoirs publics à réagir sans délai. Objectif : éviter le naufrage de la filière en 2015.

1410000692-q7EC’est le virus de la paralysie chronique des abeilles (CBPV : Chronic Bee Paralysis Virus) qui a fait e, 2014 d’importants dégâts dans les principaux bassins de production en raison du manque de ressource disponible dans l’environnement. Surnommée « la maladie noire » par les apiculteurs et les scientifiques, cette pathologie virale affaiblit considérablement les ruches et ne laisse que peu d’espoir de récolte de miel sur les colonies affectées. Très contagieux, ce virus peut décimer des colonies entières et mettre ainsi en péril l’équilibre économique de nombreuses exploitations apicoles !

Alors nous avons des “milliard d’abeilles de raisons” à defendre la sauvegarde des abeille, de notre biodiversité, de l’avenir de l’homme et le merveilleux travail des apiculyeurs en France. Plus que jamais nous devons se penser tous comme abeille pour prendre consciences des enjeux de l’économie du vivant, et s’acheminer chemin faisant vers une écomie et une vie plus symbiotique fondée sur le juste équilibre, la symbiose des element (chacun donne à l’autre = give and take) .. C’est ce chemin responsible qu’empreinte l’association Un Toit pour les abeilles fr qui depuis 2010 propose aux particuliers et aux entreprises de parrainer une ruche pour soutenir la filière apicole et participer à l’équilibre de la faune et de la flore. C’est une initiative innovante car elle se fonde sur l’idée Give and Take du partage (symbiotic) et sachez que grâce à cette association 5 apiculteurs ont pu etre sauvé pour 2015 suite à l’année noire !

logo_untoit_couleur_fr260d6ae8e9_280_02Un exemple à suivre don’t vous ferez votre miel – Voir sur mon blog Je suis Abeille : je parraine “à mon avantage” des abeilles avec un Toit pour les abeilles ! et la société symbiotique se dessine …: http://www.proame.net/je-suis-abeille-je-parraine-a-mon-avantage-des-abeilles-avec-un-toit-pour-les-abeilles-et-la-societe-symbiotique-se-dessine/

Capture d’écran 2015-02-11 à 20.56.37Autre initiative que je trouve intéressante – la Data en open source des abeilles – The Open Source Beehives project is a network of citizen scientists tracking bee decline. We use sensor enhanced beehives and data science to study honeybee colonies throughout the world. All of our technology and methods, from the hive and sensor kit designs to the data, are documented and made openly available for anyone to use. Feel free to get involved by joining the discussions on our forum or by contacting us.

Voir le site ici : http://www.opensourcebeehives.net/About/about.html

 

Et la video ici : … bref ouvrez votre coeur aux abeilles car vous êtes abeilles ! Et une prise de conscience planétaire c’est l’intelligence en essaim qui irradirait la planete ! maryline

Un blog pour l’avenir


Non au futur (prévision froide). Oui à l'avenir (action humaine). Dixit le Petit Prince, "l'avenir, tu n'as pas à le prévoir, tu dois te le permettre".

Ce blog est dédié aux idées d'avenir positives, aux changements. La prospective est à la fois une science de synthèse pluridisciplinaire et un art pour défricher de nouveaux territoires, repérer des courants forces, explorer des imaginaires...

C'est surtout un outil Eureka pour inventer de nouveaux produits et services, sublimer ou mythifier une marque et ses produits, créer la valeur de la valeur....

Vive l'avenir, car ce qui est génial, c'est que tout commence et que tout est possible !

Maryline

Contribuer à cet article :







Articles similaires

Ma campagne crowfunding DRONEMENT bien pour pâques : sauver les éléphants / rhinocéros du braconnage

avril 2, 2015

Résumé en français : Air Shepherd  = quand les drones deviennet une arme douce contre les braconniers vous  pouvez rrêter le braconnage des éléphants et des rhinocéros. 40 000 éléphants ont été tués par des braconniers l’année dernière. Les drones et supercalculateurs peuvent l’arrêter. Avec 40% de l’objectif déjà soulevée, la campagne indego se déroulera […]

Les océans en bien commun ? Protection de la haute mer : un accord timide mais précieux à l’ONU © Futura Sciences

février 4, 2015

L’océan mondial situé au-delà des eaux territoriales aura un jour un statut juridique grâce à l’accord historique obtenu aux Nations Unies. Historique mais modeste : il ne s’agit que de lancer des négociations pour que la haute mer devienne un jour un bien commun, même pour les pays qui n’y ont pas accès. Romain Troublé, de […]

Economie du partage : Nourriture à partager… Les « Incroyables comestibles » !

mars 5, 2013

Pour la seconde fois je vous invite à réfléchir sur la redistribution collaborative avec l’initiative des Incredible Edible – légumes partagés vecteurs de liens sociaux (nourriture à partager) : voir mon premier billet sur http://www.proame.net/economie-du-partage-legumes-partages-vecteurs-de-liens-sociaux-nourriture-a-partager/), j Cette idée à démarrer dans une petite ville anglaise (Todmorden) touchée par  la crise. a savoir que les britanniques sont […]

Energie marine / végétale : savez-vous que les algues peuvent aussi extraire leur énergie d’autres végétaux !

décembre 18, 2012

La biodiversité de la mer est bien plus riche que celle de la terre. La faune et la flore La biodiversité de la mer est bien plus riche que celle de la terre. La faune et la flore marines ont en effet développé une grande variété de stratégies de survie qui leur procure des propriétés […]

Ville comestible : un potager sur le toit de Paris par YA

octobre 11, 2012

Sur la ligne des différents articles que j’ai publié sur l’agriculture urbaine – ville comestible – Pour mémoire : Tendance agriculture urbaine – ferme verticale = http://www.proame.net/les-fermes-verticales-urbaines-bonjour-a-lagriculture-urbaine/ Agriculture urbaine : http://www.proame.net/les-fermes-verticales-urbaines-bonjour-a-lagriculture-urbaine/ … avec toujours l’idée de relocalisme, d’autosuffisance et de bons produits, voici un potager sur le toit de Paris initié par le chef étoilé Yannick […]

Défilant