Home » changement d'époque - changements de cap » Currently Reading:

La poésie enfin en voie d’être reconnue comme créatrice de valeur pour demain ! analyse proame et point de vue Business Digest

juillet 27, 2017 changement d'époque - changements de cap No Comments

© Ainsley Christianne artiste

 Le monde doit être romantisé. Romantiser, ce n’est pas autre chose qu’élever à une puissance qualitative supérieure »Novalis,

 « Quand la poésie nous parle de l’incommensurable beauté de la nature ou du mystère toujours renouvelé des choses les plus simples et les plus quotidiennes…

c’est pour nous indiquer que si nous nous fermons à ce que sont et ce que nous disent ces signes, cette beauté des choses,

c’est en un certain sens à nos propres possibilités d’être, de vivre et de devenir que nous nous fermerons

Jean-Claude Renard.

Bien avant les années 2000, je me suis intéressée à la poesie comme la voie de l’Etre au monde, un possible nouvel argument économique avec une vraie philosophie de l’économomie. Oui la poésie n’est pas qu’un genre littéraire mais une manière d’être au monde . 

Ainsley Christiane dyptique

Et pour répondre ENFIN à l’invitation de Novalis  nous pouvons proclamer que nous devons « habiter le monde en poète » selon la formule du poète Höderlein et « élever les choses à une qualité supérieure »

Ce sont à mon sens les bases de construction pour une vraie Philosophie de l’économie. Il ne s’agit pas de tout changer mais de réajuster l’économie vers plus de qualité et de réinjecter du sens dans toutes ses actions et productions. L’enseignement fructueux de toutes les initiatives citées est simple. Intellect et sensible ne s’opposent pas et sont indissociables. Plutôt que d’opposer la culture, l’intelligence et la spiritualité d’un côté, l’économie et la technique de l’autre, peut-être devrions-nous prendre conscience que les dimensions matérielles et spirituelles sont très intimement liées tellement liées qu’il n’existe probablement qu’une seule réalité interdépendante que nos découpages conceptuels divisent artificiellement.

Ainsi il apparaît plus fructueux en économie d’essayer de réunir les bonnes composantes de la morale, de la religion, du libéralisme et de tous les éléments positifs à venir au lieu de s’engager sur une voie unique non transformable. Car l’important est de toujours pouvoir agir et transformer l’économie en fonction des aléas et enjeux de notre temps. L’important est de na pas tomber dans de nouveaux excès ou formes d’intégrisme qui déjà pointent leur nez chez certains défenseurs du capitalisme vertueux  !

C’est pour cela que j’ai toujours  parié sur la poésie comme nouvel argument économique ! 

Car comme l’a bien explicité Hans Magnus Enzensberger « Il n’existe pas de marché pour la poésie. Le poème est le seul produit de l’activité spirituelle humaine immunisée contre tout essai de mise à profit »

C’est aussi l’idée de Business Romantic

Redecouvrez mon article sur le busisse romantic Vde  Tim Leberecht : business romantique – leadership du Sens, entreprise humaine voir mon article –: http://www.proame.net/vers-une-vraie-philosophie-de-leconomie-une-ethique-esthetique-du-sublime-exemple-tim-leberecht-business-romantique-leadership-du-beau/

Et sur cette ligne je vous invite à lire l’excellent billet de Business Digest Poete nouveau job de demain qui met en exergue la force de la poésie pour la performance, la cohesion, l’empathie  et la créativité des entreprises. Et en maintenant ce qui montre encore plus l’intérêt de la poésie comment les technologies intègrent désormais la poésie dans leur IA .. maryline

Voici © Business Digest leur article – tous droits réservés non reproductible . Et pour vous abonnez à la revue cc’est ici http://www.business-digest.eu/fr/la-publication/sabonner/

Alors que la technologie s’impose pour accroitre la performance, mesurer les résultats et contrôler la bonne exécution des processus, quel sens l’homme donnera-t-il à son travail ? La digitalisation de l’entreprise signe-t-elle la fin de la singularité humaine au profit de l’analytique pur ?
Pas sûr : malgré ses imperfections et ses capacités cognitives limitées, l’être humain demeure le principal actif stratégique des entreprises. 

Doux rêveur, idéaliste invétéré, rebelle… se faire qualifier de « poète » est rarement un compliment dans l’entreprise. Pourtant l’art de jouer avec les mots pour susciter des émotions est en train de creuser son sillon dans l’univers conformiste des entreprises. En effet, deux tendances parallèles se dessinent actuellement.

La première concerne le recours à la poésie comme rempart à la déshumanisation. C’est le cheval de bataille du poète anglais David Whyte– qui fait souffler un vent de lyrisme dans les grandes entreprises afin de stimuler la créativité et l’empathie des équipes – mais aussi du chief poetic officer français Vincent Avanzi qui voit les poèmes comme un outil au service de la cohésion et de l’adhésion à une vision partagée.

Paradoxalement la seconde tendance est elle entièrement tournée vers l’humanisation… des machines et plus particulièrement des Chatbots et autres assistants virtuels. En effet, derrière Cortana, Siri, ou autre Google Now figurent non seulement d’innombrables ingénieurs concentrés sur les algorithmes conversationnels, mais aussi des équipes entières de gens de plumes (poètes, écrivains, ou scénaristes) dont la mission consiste à renforcer les aptitudes langagières des intelligences artificielles afin de les rendre toujours plus acceptables par leurs interlocuteurs humains.

Le chemin est encore long : proposez à Siri de vous réciter un poème et il vous rétorquera « vous n’avez rien de mieux à faire? »  © Business Digest 

Complément proame 

A savoir que David Whyte est chercheur associé à la Said Business School de l’Université d’Oxford et… poète! Il a écrit neuf livres, dont The Three Marriages : Re-imagining Work Self and Relationship (Riverhead, 2009). Ses conseils ont servi à améliorer les pratiques managériales de grandes entreprises comme Mattel, Gap, Boeing, Novartis et AstraZeneca.

Un blog pour l’avenir


Non au futur (prévision froide). Oui à l'avenir (action humaine). Dixit le Petit Prince, "l'avenir, tu n'as pas à le prévoir, tu dois te le permettre".

Ce blog est dédié aux idées d'avenir positives, aux changements. La prospective est à la fois une science de synthèse pluridisciplinaire et un art pour défricher de nouveaux territoires, repérer des courants forces, explorer des imaginaires...

C'est surtout un outil Eureka pour inventer de nouveaux produits et services, sublimer ou mythifier une marque et ses produits, créer la valeur de la valeur....

Vive l'avenir, car ce qui est génial, c'est que tout commence et que tout est possible !

Maryline

Contribuer à cet article :







Articles similaires

Défilant