Proâme : le blog de l'avenir

Proame est un site blog qui roule pour les business d'avenir (qui font sens) : internet des objets, robots, impression 3D ... qui pense que le numérique peut être libérateur pour l'homme (outil d'inclusion sociale, de partage, d'intelligence augmentée et qui défend l'économie du partage, des liens : ouishare, conso collaborative, monnaie sociales, open source !

Proâme : le blog du changement d'époque

"Nous nous imaginons peut-être traverser seulement un orage. En réalité, nous sommes en train de changer de climat." Pierre Teilhard de Chardin

Proâme : le blog positif de la liberté responsable

"Nous sommes dans un monde à la fois terriblement angoissant et infiniment riche de possibilités, mais de possibilités qui ne viendront pas toutes seules, qui sont prêtes à être cueillies si nous savons, si nous voulons." Gaston Berger, 1954.

le blog de la passion & création

« Nous savons ce que nous sommes, nous ne savons pas ce que nous pourrions être. » William Shakespeare

Derniers articles

Coaching solo – crucifier son sérieux ou apprivoiser son hamster – PENSOUILLARD LE HAMSTER DE SERGE MARQUIS

PENSOUILLARD LE HAMSTER DE SERGE MARQUIS – Petit Traité de décroissance personnelle

Il s’appelle Pensouillard. C’est un hamster. Un tout petit hamster. Il court. Dans une roulette. À l’intérieur de votre tête. Vous fait la vie dure. Vous la rend même impossible, parfois. Euh. Souvent.

Certains jours, il court plus vite que d’autres. Certaines nuits, il vous empêche carrément de dormir. « Personne ne me comprend. » « Que vont-ils penser de moi ? » « J’aurais donc dû ! » « Pourquoi a-t-elle un chum et pas moi ? » « Pourquoi tout le monde y arrive et pas moi ? » Pauvre, pauvre petit hamster.

Derrière le tapage incessant de Pensouillard se cache votre ego — celui-là même que les guides de croissance personnelle vous apprennent à cajoler. Face aux petits bobos et aux gros tracas de la vie, il vous fait souffrir, vous leurre, vous empêche d’être libre. Comment le remettre à sa place ?

Dans un style vivant et plein d’esprit, le Dr Serge Marquis vous invite à observer les mouvements de votre ego, à vous amuser de ses pitreries, puis à ralentir pour trouver la paix. Étape par étape, l’auteur vous guide dans une aventure inattendue, celle de la… décroissance personnelle. Une démarche à contre-courant à la fois divertissante et libératrice. Car un petit pas de moins pour Pensouillard, c’est un grand pas de plus pour vous.

L’auteur

Spécialiste en santé communautaire et consultant dans le domaine de la santé mentale au travail, le Dr Serge Marquis donne plus de 150 conférences chaque année. Son expertise l’amène à intervenir régulièrement dans les médias, au point qu’il a été reconnu comme le « médecin de famille des organisations » par la revue Commerce.

une video en plus conférence serge marquis https://www.youtube.com/watch?v=gz6XDflZMGM

Sondage Business Digest – Qu’estce qui vous préoccupe ? © Business Digest

Faites le sondage ca prend peu de temps et c’est utile ! Maryline

 © Business Digest – Mehdi – Lien en plus ici http://www.business-digest.eu/fr/2017/05/05/quest-ce-qui-vous-preoccupe-dites-nous-tout/

© Sondage Business Digest

Quels sont vos sujets de préoccupation du moment ? Sur quelle tendance aimeriez-vous avoir plus d’informations ? C’est par le questionnement et l’échange que nous pourrons mieux répondre à vos aspirations et vous apporter l’information que vous attendez. C’est pourquoi, nous souhaiterions que vous partagiez avec nous les trois sujets qui vous préoccupent actuellement et que vous aimeriez voir traités, à l’avenir, dans Business Digest.

Participez au sondage

Le questionnaire que nous vous proposons vous prendra moins d’une minute. Vos suggestions nous sont réellement utiles ; grâce à elles, Business Digest pourra continuer à vous offrir une information de qualité, alignée avec vos attentes et vos préoccupations.

Merci d’avance !
 
 

Supercroissance. La stagnation séculaire n’aura pas lieu. de Faÿçal Hafied – vient de paraître aux Editions FYP

© Communiqué FYP EDITIONS

L’inefficacité des plans de relance, des politiques monétaires accommodantes et l’accentuation des inégalités sociales conduisent à s’interroger sur la capacité des États à contrôler l’économie.

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

Un irrésistible sentiment de déclin s’est installé. L’ubérisation de l’économie s’est avérée être destructrice de nombreux emplois.
Les cols bleus sont menacés par les robots et les cols blancs sont également dans le collimateur de l’intelligence artificielle. La « quatrième révolution industrielle » ne tiendrait pas ses promesses en matière d’emploi et la prospérité attendue n’est pas au rendez-vous.
 Faÿçal Hafied, économiste, spécialiste de l’innovation et de l’évaluation des start-ups, affirme que le spectre d’un enlisement dans une « stagnation séculaire » n’est que le produit d’un système de pensée devenu obsolète : nous sommes au contraire à la veille d’une croissance sans précédent.
Il démontre que nous sommes obsédés par l’idée de croissance, mais inféodés à des indicateurs qui sont désormais incapables de refléter l’état réel de notre économie et notre société. Ceci tend à générer une cascade de solutions inappropriées incapables de faire fructifier les opportunités et le potentiel de l’innovation.
 Ce que nous traversons actuellement est en réalité une époque de « destruction créatrice » hors du commun. Mais un âge d’or de l’innovation (blockchain, deep learning, lean startup, innovation radicale, impôt négatif universel, etc.) peut s’ouvrir devant nous.
Cette transition s’accomplit dans la douleur, néanmoins l’économie centralisée actuelle va laisser place à un nouveau modèle de société, collaboratif et participatif, socle d’une croissance considérable soutenue par un progrès inédit.
 Dans cet ouvrage d’une remarquable érudition et d’une écriture accessible à tous, l’auteur dévoile, loin du discours fataliste, les véritables vents contraires à la supercroissance et nous éclaire sur ses gisements cachés.
Il nous livre ainsi les clés pour en lever les freins. Résolument techno-optimiste, cet ouvrage de référence constitue le premier contre-pied salutaire à la thèse de stagnation séculaire. Il résonne comme un manifeste pour tous ceux qui veulent faire pièce au déclinisme ambiant.

Prix public : 18 euros TTC
Broché : 252 pages
Éditeur : FYP Editions
Collection : Reboot
ISBN : 978-2-36405-152-2
Parution : mai 2017

FYP éditions. Questions de société. Prospective. Cultures numériques

Faÿçal HAFIED est essayiste. Il est spécialisé dans le financement de l’innovation, le capital-risque et l’évaluation des start-ups. Il collabore dans plusieurs médias (Le Monde, Les Échos) ou think tanks et est l’auteur d’une Introduction au capital-risque, un levier pour financer l’innovation, éditions RBF, 2017. 

Créer du lien intergénérationnel solidaire et conviviale : Paupiette start up empathique

 Enora Goulard, jeune étudiante de 18 ans, a lancé en 2015 Paupiette https://paupiettecuisine.wordpress.com/2017/03/03/les-dejeuners-parisiens/

une buy-trusted-tablets.com start-up sociale et solidaire qui crée un lien entre seniors et étudiants autour d’une rencontre culinaire conviviale vraie.

A la recherche de l’art africain © Le Monde – un art enfin reconnu grâce à ses évangilisateurs comme Aude Minart Galerie Africaine

© photos tous droits réservés site le Monde du26 avril 2017

J’ai le plaisir de vous transférer un excellent papier sur l’Art Africain du journal  le Monde « A la recherche de « l’art africain » : Les expositions consacrées à des artistes africains à Paris ce printemps offrent l’occasion de réfléchir aux spécificités des œuvres venues d’Afrique et de ses diasporas .http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/04/26/a-la-recherche-de-l-art-africain_5117761_3212.html#xtor=AL-32280270

… qui présente notamment deux artistes  – Alexis Peskine  et Seni Awa Camara (et je pense plus) que j’ai découvert grâce aux expositions de Aude Minart, expert et grande évangilisatrice de l’art contemporain africain via sa Galerie africaine dont voici le site  entièrement re designé . http://www.lagalerieafricaine.com/

L’article est fouillé et historicisé … Il  marque via les expos actuelles le Temps de L’Afrique et la reconnaissance – ENFIN !  – de l’art contemporain africain

Je me souviens avoir écrit déjà en 200 (il y a 17 ans) dans mes ouvrages prospectivebook ceci (court extraits) corroborés d’ailleurs dans l’analyse 2017 du Monde

© Site galerie Africaine Alexis Peskine

Surtout je me réjouis de la décolonisation de l’oeil occidental – de la reconnaissance de cet art et de ses Biennales – Bref qu’enfin on tue l’exotisme ! Et je félicite encore Aude Minart pour avoir largement et encore participé a ce dé-tatouage de notre rétine. 

« Tuons l’exotisme

Pour Simon Njami fondateur de la revue noire et Ousmane Sow Huchard, critique d’art et président du comité scientifique de la Biennale, Dak’art, il est grand temps de prôner un art mondial et de reconnaître l’art africain. « Tuons l’exotisme » pourrait être le cri lancé par ces deux hommes : tuer l’idée d’un art fonctionnel et utilitariste qui perdure depuis des années. Même après l’émancipation de la seconde guerre mondiale et ses changements politiques, l’art africain ne s’est pas trouvé sur pied d’égalité avec les arts dits majeurs définis par les occidentaux. Rappelons que l’ethnologie a la main mise sur toutes les formes de créations extra européennes. L’argument des ethnologues fut pendant longtemps le caractère anonyme de la production artistique africaine. Renvoyer la production africaine à l’anonymat conduit à nier tout processus de création propre, toute esthétique. La contextualisation de l’art africain par rapport au milieu et aux religions qui l’avaient produites a été pendant très longtemps le moteur de toute approche de l’art africain. Sans compter que des intellectuels influents ont longtemps véhiculé une image utilitariste de l’art africain, tel Breton. Ce dernier décida un jour que l’on pouvait parler d’un art océanien en référence à la peinture naïve tahitienne mais en aucun cas d’un art africain, beaucoup trop fonctionnel et utilitariste. Une chose est certaine, le distinguo de Breton entre deux forme d’animismes est totalement surréaliste. Il faut attendre cette dernière décennie pour que la méthodologie des ethnologues soit contestée notamment par James Clifford dans https://www.viagrapascherfr.com/commande-du-viagra/ son ouvrage The Predicament of culture, paru en France sous le titre Malaise dans la Culture. Dans la revue Mamba, Njami parle de son exposition « Ethnicolor » présentée à la même époque que la célèbre exposition Les magiciens de la Terre, réalisée par Jean-Hubert Martin. Il confie à Jean Lamore, auteur de la revue qu’il s’est aperçu « qu’on parle encore de la sienne, alors que mis à part ma famille et les quelques personnes qui ont contribué à sa réalisation, plus personne ne se souvient d’Ethnicolor ». Et aujourd’hui encore, de nombreuses expositions se montent sous l’œil expert d’ethnologues et d’anthropologues…Tout semble se décider hors de l’Afrique. Hormis les quelques biennales qui se déroulent désormais sur le continent noir, à Dakar et à Johannesburg. Mais là encore, la situation n’est pas simple puisque ces manifestations sont financées sur crédits occidentaux. Qui peut vraiment prétendre connaître l’art africain, pouvoir nommer plus de 5 artistes africains, identifier des mouvements ? Que savons nous vraiment de l’art africain ? Suffit-il de parler d’arts premiers pour déconstruire notre imaginaire « primaire » ? Oui, car il nous faut aussi admettre que notre psychisme collectif occidental est tatoué exotique par une imagerie coloniale « zoologique ». Cette imagerie ne se prête pas à une reconnaissance de l’art africain  »

Maryline Passini Prospectivebook avril 2.000

© site galeria Africaine – Seni Awa Camara

Sur mon blog mes derniers post sur la galerie africaine de Aude Minart

  1. INVITATION de La Galerie Africaine au salon Zürcher AFRICA du 27 Mars au 2 Avril, Paris 3ème : http://www.proame.net/invitation-de-la-galerie-africaine-au-salon-zurcher-africa-du-27-mars-au-2-avril-paris-3eme/
  2. Apaisez-vous & résonnez en 2017 avec Récits d’Afrique by Aude Minart à la Mu Gallery : c’est enfin le Temps de l’Afrique  : http://www.proame.net/apaisez-vous-resonnez-en-2017-avec-recits-dafrique-by-aude-minart-a-la-mu-gallery-cest-enfin-le-temps-de-lafrique-avec-son-printemps-en-2017/
  3. Aude Minart RECITS D’AFRIQUE ! http://www.proame.net/save-the-date-mardi-24-janvier-cocktail-recits-dafrique-by-aude-minart-a-la-mu-gallery-cest-enfin-le-temps-de-lafrique/

How Leading Retailers Are Approaching The New Food Landscape © PSFK’s LAB

24 avril 2017 Non classé 0 commentaire

PSFK’s Food Debrief examines retailers that are removing barriers to a frictionless shopping experience, setting a new standard for all consumer industries

With the permeation of assistive technologies in consumers’ lives, from AI to IoT, their expectations of convenience continue to evolve. When it comes to grocery shopping, it is no longer enough to be able to get in and out of a store quickly. Instead, shoppers expect brands and retailers to facilitate a streamlined and efficient experience throughout the entire, continuous shopping cycle, from product discovery to replenishment and education.

Article complet avec rapport https://www.psfk.com/2017/04/food-retail-innovation-landscape.html?utm_source=PSFK+Newsletter&utm_campaign=bd275f832e-Daily%3A+%2A%7CRSSITEM%3ADATE%7C%2A&utm_medium=email&utm_term=0_16a14e1b11-bd275f832e-426462845

Un blog pour l’avenir


Non au futur (prévision froide). Oui à l'avenir (action humaine). Dixit le Petit Prince, "l'avenir, tu n'as pas à le prévoir, tu dois te le permettre".

Ce blog est dédié aux idées d'avenir positives, aux changements. La prospective est à la fois une science de synthèse pluridisciplinaire et un art pour défricher de nouveaux territoires, repérer des courants forces, explorer des imaginaires...

C'est surtout un outil Eureka pour inventer de nouveaux produits et services, sublimer ou mythifier une marque et ses produits, créer la valeur de la valeur....

Vive l'avenir, car ce qui est génial, c'est que tout commence et que tout est possible !

Maryline

Défilant