Home » énergie » Recent Articles:

GDF Suez injecte 2 millions d’euro au capital de Redbird (drones civils)

redbird-drone
GDF Suez vient d’annoncer avoir pris une participation au capital de Redbird, une jeune pousse qui se définit comme un fournisseur de données par drones civils. Créé en 2013, cette société obtient donc le soutien du groupe français, à travers sa filiale de corporate venture capital GDF Suez New Ventures (doté de 100 millions d’euros).
 
« Après la mobilité électrique, la gestion intelligente des données de consommation électrique, et l’internet des objets, ce nouvel investissement de GDF SUEZ New Ventures va donner à Redbird les moyens d’accélérer le développement d’offres innovantes dans de nombreux domaines porteurs de valeur pour le Groupe, comme la photogrammétrie à très haute résolution ou la maintenance préventive de grands ouvrages», souligne Gérard Mestrallet, Président-Directeur Général de GDF Suez.

FRANCE-SHOW-DRONESPour le groupe énergétique français, un tel investissement peut avoir des avantages concurrentiels majeurs. En effet, les technologies développées par Redbird sont susceptibles de diminuer à court terme les coûts d’exploitation de ses grands métiers d’opérateur de réseaux. Un point sur lequel souhaite se positionner GDF Suez.  Cette levée de fonds va donc permettre à Redbird de conforter et accélérer sa position de leader sur le secteur des travaux Publics, mais aussi de développer son activité sur d’autres marchés tels que les réseaux ferroviaires, réseaux routiers, réseaux électriques, bâtiment, génie civil ou encore l’agriculture.

« Les villes durables vont être construites dans l’urgence » interview d’Olivier Parent sur YOUPHIL.COM

Selon le prospectiviste Olivier Parent, l’urgence climatique orientera les choix urbains de demain. 

logoyouphil-frArticle interview à lire sur YOUPHIL.COM le média de toutes les solidarités : http://www.youphil.com/fr/article/06433-olivier-parent-villes-durables-developpement?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=yp-essentiel&utm_content= »Les_villes_durables_vont_%C3%AAtre_construites_dans_l=’urgence= »=&ypcli=ano

7788_uneProame : Mais il ne faut pas oublier aussi que toutes prévisions linéaires est absurde … et surtout que c’est la combinaison à risques  de différents facteurs qui posent problèmes pour les défis urbains de demain –

Demain et déjà maintenant nous aurons des catastrophes de moins en moins naturelles : l’urbanisation, la pauvreté et le réchauffement climatique amplifient en effet  les phénomènes naturels dont, plus que jamais, ils désignent les possibles victimes. La problématique water cities … Maryline

Pourquoi le développement durable n’intéresse pas vraiment les Français (avec mon analyse)

Voici un article pau dans Youpil.com. Même si je préfère la notion de développement durable humain qui insère une autre manière d’être et de vivre adaptée aux changement de notre époque, j’attire votre attention sur ce sujet. Je m’inquiète effectivement de la baisse d’intérêt (concret en acte) pour le DD car en fait la crise crispe chacun sur des attitudes et des systèmes totalement obsolètes désormais. Pourquoi s’enliser dans l’individualisme, souffrir de myopie alors que notre avenir et bien-être passe à la fois par celui de la planète et une éthique du Nous.

C’est par le bien commun, le partage (cf.consommation collaborative, sharing)  le respect à l’attention aux autres et à notre environnement que nous trouverons de nouveaux avantages et intérêts personnels. Cependant, il importe de prendre conscience que les français sont très sensibles aux initiatives micro-locales où ils se sentent plus concernés et intégrés – A nous de booster l’innovation sociale de proximité et de la relier à des causes plus globales. Maryline

Source Youpil.com

Dans un contexte de crise, l’avenir de la planète pèse peu face aux priorités du quotidien, à en croire une étude parue à l’occasion de la semaine du développement durable.

Voilà un chiffre qui méritait bien qu’on se penche dessus. Frileux, mais pas déshonorant: 43% des Français se sentent “concernés” par les enjeux environnementaux, selon une étude [pdf] qui vient d’être publiée par le cabinet Ethicity.

Mais si on le rapporte aux études précédentes, menées par le même cabinet, ce chiffre devient bien plus alarmant: en 2006, 62% des Français interrogés se sentaient concernés par la protection de la planète, en 2008, ils étaient 55%. En 2009, un léger regain (56%, peut-être dû au sommet de Copenhague) avait laissé espérer une inversion des tendances… Depuis, c’est la chute libre! La pollution un scandale 

Les Français se fichent-ils du développement durable? Fanny Le Beau, consultante à Ethicity, analyse: “nos chiffres révèlent que les Français se sentent plus préocupés par les enjeux qui les concernent directement. Le réchauffement climatique, par exemple, leur paraît plus abstrait.”

Une réalité qui paraissait moins lointaine avant 2011: les Français étaient alors plus nombreux (45% contre 27% en 2013) à se sentir préoccupés par le réchauffement climatique.

Si cette baisse d’intérêt pour les enjeux environnementaux est réelle, cela sonne comme un échec des politiques de sensibilisation au développement durable.

Quelle transition énergétique ?

Un paradoxe même, car les Français interrogés par l’étude se sentent dans le même temps plus concernés par la pollution, la lutte contre le gaspillage alimentaire, l’achat malin, respectueux de son environnement.

Ces produits sont désormais plébiscités parce qu’ils sont respectueux de la santé, et non de l’environnement. Un critère qui primait pourtant sur tous les autres jusqu’en 2010.

Les chiffres d’une étude réalisée sur un panel, on le sait, sont toujours à prendre avec précaution. Pour autant, ils illustrent à merveille ce sentiment: la semaine du développement durable, qui a lieu jusqu’au 7 avril, risque une fois de plus de passer inaperçue.

Certes, cet événement a le mérite de “permettre aux écolos de faire le plein d’énergie durable”, comme l’explique Anne-Sophie Novel sur son blog.

C’est l’occasion de faire connaître les actions en faveur de l’environnement et du social (voir un peu trop pour certaines entreprises, parfois taxées de greenwashing) et de mettre en lumière un débat sur la transition énergétique qui “bat son plein dans la plus grande discrétion”, souligne Libération: “Quatre Français sur cinq n’en ont pas entendu parler.”

Penser global, agir local

Ce type de semaine doit être l’occasion de rappeler que les enjeux planétaires sont justement intrinsèquement liés à notre mode de vie au quotidien. La raréfaction des ressources, et notamment de l’eau, est l’un des grands enjeux de ce siècle.

Et pas seulement pour les quatre milliards d’habitants qui vivent dans la pauvreté et rêvent un jour, d’accéder à nos modes de vies. Pas seulement pour un habitant sur trois qui n’a pas accès à des toilettes dans le monde.

Ces enjeux globaux ne sont pas indissociables, pour autant, d’actions locales, telles que nous les dénichons et les relayons quotidiennement sur Youphil.com: consommation responsable, équitable, collaborative, écologique.

Le développement durable et la transition énergétique ne représentent pas seulement des coûts, mais aussi de “bénéfices”, comme le martèle Delphine Batho, confortée par une étude de Négawatt, selon laquelle la transition énergétique pourrait créer jusqu’à 820.000 emplois d’ici à 2030.

Bon d’accord, le géant du photovoltaïque vient de mettre la clé sous la porte, mais ces milliers d’emplois potentiels préfigurent des jours meilleurs pour le développement durable. Un argument supplémentaire pour sensibiliser les Français à ces enjeux planétaires.

Crédit: Mickey Sucks / FlickR.

Transition énergétique : Quelle énergie à l’horizon 2050 ? ( Commission Européenne )

En ces temps de crise économique et sociale, et alors que de nombreux Etats membres peinent à retrouver des niveaux de production et d’emploi durables, le débat sur la production et l’utilisation d’énergie refait surface au Parlement européen. Après la publication en 2011 par la Commission européenne de la « feuille de route pour l’énergie à l’horizon 2050 », les députés européens ont approuvés mercredi 13 mars le rapport présenté par l’eurodéputée libérale Niki Tzavela (377 députés pour, 195 contre et 37 abstentions), « Communauté européenne de l’énergie », nucléaire, énergies renouvelables, efficacité énergétique… le rapport étudie l’ensemble des champs d’action de l’UE dans un domaine de compétences important.

 

Le rapport parlementaire présenté par Niki Tzavela ne fait aucun doute. L’article 1 de celui-ci y fait d’ailleurs explicitement référence : les Etats membres ont intérêt à « œuvrer ensemble en vue d’une transformation du système énergétique » européen. Dans ce cadre, l’UE doit jouer un rôle fondamental de coordination des politiques énergétiques de l’ensemble des 27, en créant « un cadre règlementaire et juridique commun », permettant la réalisation des objectifs ambitieux visés dans la feuille de route de la Commission. Garantir la stabilité et la poursuite d’intérêts et de politiques commun(e)s en matière énergétique, c’est le rôle que devra jouer l’UE dans les prochaines années. Dans ce cadre, l’intérêt porté à une approche européenne coordonnée, voire commune, suscite de plus en plus l’intérêt des principaux dirigeants politiques.e rapport parlementaire présenté par Niki Tzavela ne fait aucun doute. L’article 1 de celui-ci y fait d’ailleurs explicitement référence : les Etats membres ont intérêt à « œuvrer ensemble en vue d’une transformation du système énergétique » européen. Dans ce cadre, l’UE doit jouer un rôle fondamental de coordination des politiques énergétiques de l’ensemble des 27, en créant « un cadre règlementaire et juridique commun », permettant la réalisation des objectifs ambitieux visés dans la feuille de route de la Commission. Garantir la stabilité et la poursuite d’intérêts et de politiques commun(e)s en matière énergétique, c’est le rôle que devra jouer l’UE dans les prochaines années. Dans ce cadre, l’intérêt porté à une approche européenne coordonnée, voire commune, suscite de plus en plus l’intérêt des principaux dirigeants politiques.

La création d’une « Communauté européenne de l’énergie », évoquée dès les premières lignes du rapport parlementaire, serait dans ce cadre l’aboutissement d’un projet économiquement et écologiquement fondamental qui serait, selon Yannick Jadot, chargé du dossier pour le groupe parlementaire EELV, « le levier d’une nouvelle révolution apportant des réponses concrètes aux besoins d’emploi et de pouvoir d’achat des citoyens ». Pour Catherine Trautmann, présidente de la délégation socialiste française au Parlement européen, la transition vers une « Communauté européenne de l’énergie » permettrait un déplacement indispensable des compétences en matière de fiscalité et de mix énergétique des Etats aux institutions européennes. Dans sa « feuille de route », la Commission européenne évalue à 25% les économies potentielles que pourraient réaliser certains Etats membres avec la formation de cette nouvelle « CEE ».

Suite de l’article sur le site : http://europarlement.touteleurope.eu/suivez/actualites/details-actualite/actualite/quelle-energie-a-lhorizon-2050.html

Economie circulaire innovante (ville verte) : des cultures en micro-algues pour les façades (régulation thermique)

Usine incinération Séché Environnement

« L’usage des micro-algues est pour l’instant cantonné à des domaines à très forte valeur ajoutée, comme la santé ou la cosmétique, car le coût de revient est encore très élevé. Mais avec des productions de l’ordre de 20 à 30 tonnes par façade et par an, on pourra viser un marché plus large« , annonce Olivier Scheffer. En revanche, il n’est pas encore question de produire des algocarburants en façade, avant 10, 15 ou 20 ans, toujours à cause des prix : « Brûler des lipides et des algues qui valent 350 €/kg est un non-sens et le bilan énergétique est défavorable !« .

Test grandeur nature
La prochaine étape pour X-TU et ses partenaires est l’installation d’un banc d’essai grandeur 1, en façade, qui sera instrumenté afin de vérifier l’impact à la fois sur les cultures et sur le bâtiment. Il sera implanté au printemps 2013 à Saint-Nazaire, non loin des laboratoires du GEPEA. « Et si les résultats sont concluants, le groupe Séché Environnement déploiera le système sur la façade d’une usine d’incinération« , conclut le directeur de la recherche et du développement X-TU.

Un projet industriel qui pourrait voir le jour avant la fin de l’année. L’installation récupérerait alors de la chaleur des fumées et du CO2 afin d’exploiter ces ressources perdues et d’alimenter les cultures. Des solutions qui intéressent déjà des maîtres d’ouvrage et des collectivités, peut-être pour une diffusion plus large en 2014. Mais les micro-algues envahiront-elles toutes nos façades ?

DRYDYE : Adidas commercialise le premier tee-shirt conçu sans un seul centilitre d’eau !

Drydye est un tee-shirt novateur puisqu’il est le tout premier du genre conçu sans eau, de la conception de sa matière première à sa fabrication finale. Cette nouvelle manière de produire est doublement innovante puisqu’elle permet aussi d’économiser 50% d’énergie par rapport à une fabrication industrielle normale. Enfin, dernier atout : c’est plus de 50% de composants chimiques en moins qui sont générés par la chaine de production.

Vidéo : watch?v=3O0OU9VYqHE&feature=player_embedded

Considérant que l’empreinte aquatique(water print)  est un des grands problèmes de demain, cette innovation coule de source – Maryline

Un blog pour l’avenir


Non au futur (prévision froide). Oui à l'avenir (action humaine). Dixit le Petit Prince, "l'avenir, tu n'as pas à le prévoir, tu dois te le permettre".

Ce blog est dédié aux idées d'avenir positives, aux changements. La prospective est à la fois une science de synthèse pluridisciplinaire et un art pour défricher de nouveaux territoires, repérer des courants forces, explorer des imaginaires...

C'est surtout un outil Eureka pour inventer de nouveaux produits et services, sublimer ou mythifier une marque et ses produits, créer la valeur de la valeur....

Vive l'avenir, car ce qui est génial, c'est que tout commence et que tout est possible !

Maryline

Défilant