Home » la nature est notre création » Recent Articles:

Végétalisation urbaine : j’aime les tours verticales végétales de Stefano Boer à Milan

En route vers les villes vertes, saines …

Milan est une des villes les plus polluée de toute l’Europe. D’après une étude publiée en fin 2009 par le Centre d’Etudes de l’université Bocconi, une seule journée passée dans la capitale industrielle italienne reviendrait à consommer 15 cigarettes ! (source : lepetitjournal.com)

Pas de surprise donc, qu’à l’instar de l’Australie (projet du « One Central Park » à Sydney de Jean Nouvel et Patrick Blanc), les agences d’urbanisme s’intéressent au concept de tour végétale.

bosco-verticale-stefano-boeri
tours vertes-boeri-milan

En vue de l’exposition internationale de 2015, l’architecte Stefano Boeri a en effet imaginé un projet immobilier constitué de deux tours de grande hauteur (80 et 112 mètres, soit 27 étages) entièrement végétalisées, afin de recréer une espèce de « forêt verticale ».

bosco-verticale- tours vertes

Le Bosco Verticale offrirait une surface habitable de 50 000 m2 par tour, répartis en appartements dont les terrasses disposées en quinconce pourraient incorporer pas moins de 900 arbres, 5000 arbustes et 11000 plantes diverses, soit l’équivalent d’un hectare de forêt.

concept-bosco-verticale

Ces nouveaux jardins suspendus de Babylone, recréés dans le quartier Garibaldi-Repubblica de Milan, contribueront à une meilleure régulation climatique en absorbant le CO2 et en produisant de l’humidité, et constitueront également une protection contre les multiples poussières industrieuses du nord de l’Italie.

forêt verticale_vegetaux-barriere

Des éoliennes implantées en toiture, ainsi que des capteurs solaires, permettront de couvrir une partie des dépenses énergétiques réalisées par les habitants, tandis que l’eau de pluie sera récoltée et filtrée pour irriguer les végétaux.

bosco-verticale-logements

Le projet, en cours de construction, a été estimé à 65 M€.
Pour se porter acquéreur de l’un de ces appartements dans les arbres, il faudra débourser entre 665 000 et 2 M€.

bosco verticale_chantier
bosco verticale_chantier terrasses
Crédits Images : Agence Stefano Boeri ©

Végétalisation urbaine : Seedboom, plateforme des initiatives urbaines verdoyantes !

Sur la toile comme en ville, une guerre douce en faveur de la nature  (jardin, potager …)  ne cesse de grimper !

Des végétaux en mousse, des poteaux verdoyants , des potagers impromptus, des sites innovants comme www.prêtàjardiner.com, des trocs vert mais aussi les fermes verticales pilotes  ….partout  émerge des îlots verts  urbains.  C’est un peu comme la « Guerilla gardening » (guerilla jardinière) : un mouvement créé à New-York dans les années 70 utilise le jardinage comme moyen d’action environnementaliste,  et encourage les citoyens à végétaliser la ville.

Toutes ces actions ont depuis le 1er décembre 2012 leur plateforme dédiée  Seedboomb : fr

un site internet qui souhaite faciliter la mise en réseau des initiatives de « verdissement » des villes en cartographiant notamment toutes les actions menées, pour mieux s’y retrouver… et se coordonner.

A l’origine du projet, Rebecca Armstrong.

Le voeux de Gilles Clément d’un jardin planétaire fait son chemin. Il est certain que nous sommes des urbains par nature ; que la nature est rentrée en ville et  que la prochaine étape sera l’agriculture urbaine …

Je vous invite d’ailleurs sur ces sujets à redécouvrir les articles récents de mon blog – Maryline

  1. Think agriculture urbaine – ville comestible – liens chlorophyles : http://www.proame.net/prospective-urbaine-alimentation-think-agriculture-urbaine-%E2%80%93-ville-comestible-%E2%80%93-liens-chlorophyles/
  2. Paris ville comestible, demain  ? : » : http://www.proame.net/paris-ville-comestible-demain-agriculture-urbaine/
  3. Tendance agriculture urbaine – ferme verticale = http://www.proame.net/les-fermes-verticales-urbaines-bonjour-a-lagriculture-urbaine/
  4. Agriculture urbaine : http://www.proame.net/les-fermes-verticales-urbaines-bonjour-a-lagriculture-urbaine/
  5. Les WindowFarms pour cultiver un potager vertical dans son appart ! : http://www.proame.net/prospective-agriculture-urbaine-les-windowfarms-pour-cultiver-un-potager-vertical/

Economie circulaire : herbow – entre volet et jardin suspendu

Herbow est une sorte de jardin suspendu et store de fenêtre et a été récompensé au “Red dot award: design concept 2012“, a été imaginé par les designers Hsu Hao-Po, Chang Yu-Hui & Chang Chung-Wei.

Entre jardin suspendu et store de fenêtre …

Herbow est un  dispositif a double vocation, à la fois jardin suspendu et store de fenêtre. Il se présentant sous la forme d’un plateau fixé à un fenêtre, via deux bras battants, pouvant être relevé ou abaissé.

Le plateau peut accueillir de petites plantations, tel que des plantes aromatiques, qui disposées en extérieur, pourront grandir au soleil et puiserons naturellement leur énergie dans la rosée matinale ou les jours de pluie.

Au delà du jardin suspendu, le dispositif fait également office de store. En position haute, Herbow, constitue en effet une protection parfaite contre les rayons du soleil ou la pluie en fonction.

Un dispositif smart automatisé pour en facilité d’utilisation, qui apporte un peu de nature en milieu urbain, en faisant  office de mini potager aromatique ou de balcon fleuri, en plus d’être un store original. Et une innovation d’économie circulaire.  Maryline

In vivo : jardins urbains « sauvages » – prêt à jardiner !

Sur la ligne du vivant partout  que je nomme In vivo qui se traduit notamment par les jardins urbains, jardins chez soi – voir sur ce sujet sur mon blog la campagne « Plus de jardins dans ma ville » :in-vivo-oui-a-la-campagne-%C2%AB-plus-de-jardins-dans-ma-ville-%C2%BB

Avez remarqué que dans les villes et banlieues les « compositions urbaines » sont devenues moins orthogonales, moins strictes,  beaucoup plus vraies et vivaces comme dans la vraie nature ? Bienvenue aux fleurs sauvages – idem pour l’engouement récent des herbes dans la cuisine vivante –  et c’est tant mieux !

Et ces fleurs sauvages envahissent déjà nos intérieurs, elles débordent de vivacité et de bonheur simple.

Vous pouvez désormais en trouver partout : la plupart des jardineries, nous proposent désormais une multitude de mélanges de graines prêts à l’emploi qui, aideraient (selon eux)  à maintenir, voire à faire revenir la biodiversité. Vous pouvez même vous initier et acheter  y compris sur Internet avec le concept très frais prêt à jardiner  – lien ici : fr

Les idées de prêt à jardiner pollénisent déjà le marketing avec des conditionnement fashion !

Pour Pâques je vous suggère une chasse aux oeufs tres wild mais aussi de vous souvenir que les jardins nous invitent à une philosophie de vie et du temps et nous aident à disposer notre esprit autrement  ! Maryline Passini

 

 

IN VIVO : oui à la campagne « Plus de jardins dans ma ville » !

A l’ère technologique de la sur-urbanisation où la ville devient notre seconde nature – plus de la moitié de la population mondiale vit en milieu urbain – le courant que je nomme  In vivo « le vivant partout » est un rempart à la dé naturisation de notre environnement. Dans ce contexte, les jardins urbains constituent des poumons verts, des bulles de bien être dans les villes. La dissociation ville et campagne n’a plus lieu d’être selon moi :  il faut penser la ville comme une autre nature , penser à l’horizontal du paysage. C’est un peu l’ambition du Pacte pour le jardin dans la cité, dont la campagne « Plus de jardins dans ma ville » vient de s’ouvrir.

C’est aussi l’avis des Français  : selon un récent sondage Harris Interactive, 93% des français pensent qu’il est important de développer des jardins dans les espaces urbains et ce pour une ville Bien-être – bien vivre ensemble : pour 93 % d’entre eux les jardins rendraient la ville plus belle et plus agréable et favoriseraient, pour 76% des Français, les liens sociaux. Et ils  veulent tous des jardins potagers : l’idée de relocaliser les terroirs en villes !

Sur cette ligne les acteurs du Pacte pour le jardin dans la cité souhaitent démontrer l’étendue transversale des bienfaits des jardins urbains  tants dans les domaines social, économique, sanitaire, environnemental, éducatif et artistique, etc.

Manifeste pour le jardin

Jusqu’au 15 avril, les membres du Pacte se rassembleront pour porter leur message aux dirigeants politiques, afin qu’ils intègrent ce projet à leurs programmes et actions dans l’avenir. Rien de « naïf à la Rousseau » car les initiatives pro jardins « thérapeutiques » se multiplient de plus en plus : jardins partagés, guérilla gardening, jardins pédagogiques, urbanisme vert, jardins potager, toits jardins …

La campagne « Plus de jardins dans ma ville » souhaite unifier et organiser tous ces mouvements pour les fédérer autour d’un vrai projet de société globale. Ce qu’ils qualifient  une « Stratégie nationale du jardin ». Pour cela, elle a décidé d’engager dans le débat public 10 propositions concrètes rassemblées dans le « Pacte pour le Jardin dans la Cité ». Cliquer ici : Default.aspx?lid=5&rid=288&rvid=288#Objectifs

Si vous souhaitez participer à ce projet, c’est tout à fait possible. Vous pouvez devenir parrain ou marraine ; devenir comme je l’ai fait ami du pacte en le signant en ligne :Default.aspx?lid=5&rid=288&rvid=288

Enfin, les organismes mais aussi toutes les  entreprises peuvent devenir partenaire du projet, comme le sont déjà l’Association Jardiniers de France ou la Ligue de l’enseignement.

Je vous invite vivement  à participer à cette initiative tant les jardins peuvent revitaliser la ville, re coudre la ville (médiations sociales et partage) ; prévenir la ville (immunité sanitaire), qualifier la ville (bien être) , dynamiser la ville par l’emploi, un nomadisme vert.  Il ne faut pas sous estimer les jardins potagers, l’agriculture urbaine, l’écopolis, ni minorer  la nature virtuelle (symbiose du sauvage et du technologique). Il faut bien saisir également  la philosophie du temps contenue dans les jardins qui nous invitent à nous perdre, méditer, respirer, se reposer  –  le tout en lien avec la volonté croissante de mieux vivre autrement.  Il ne faut pas oublier que la nature est notre création et que les jardins sont des paysages reflets de nos modes de vies et de notre société : on peut lire une société, sa pensée en regardant l’agencement de ses jardins !

Et pour finir  le front haut face à notre avenir,  voici  une prophétie extraordinaire datant de 1789 pour l’an 2440 ! qui marque l’importance des jardins et en fait même notre plus grand luxe, un luxe éthique car partagé par tous. Ce serait sans doute une de nos plus belles révolutions : une éthique esthétique.

Maryline Passini

Prophétie pour l’An 2440

« L’art le plus cultivé chez ce peuple était le jardinage. Chaque

citoyen cultivait son jardin et c’était une honte de ne savoir

planter, ni tailler un arbre… Ce peuple errait la moitié du jour

dans les jardins… La jeunesse y faisait ses exercices et la

vieillesse y respirait jusqu’au coucher du soleil. Tel était le

luxe de ce peuple. C’était à qui étaleraient les plus beaux fruits

de la terre ; et ce luxe était universellement approuvé ; parce

que, dans ce genre, il était impossible que l’homme jouit seul,

et qu’il fallait qu’une partie des jouissances refluât

nécessairement sur ce qui était autour de lui ».

Sébastien Mercier, 1789 !

 

Eco-city : Chinese move to their eco-city of the future

Sino-Singapore Tianjin Eco City — the world’s largest eco-city — is an experimental model for how Chinese cities could develop and solve some of the enormous problems facing them: permanent gridlock, a lack of water, and ruinous electricity bills.

General Motors is using Tianjin to work out if electric driverless cars can function in a normal traffic system, and road-test the next generation of vehicles: small urban cars that drive themselves but are safe in an environment full of unpredictable drivers, pedestrians and cyclists.

Other projects on trial include a low energy lighting system from Philips and rubbish bins that can empty themselves, sucking litter into an underground network, by a Swedish company called Envac.

The government-owned buildings in the city collect their own rain water for reuse, are powered by geothermal energy, have window shutters that move with the light, in order to keep buildings cool, and heating systems that use solar energy.

Un blog pour l’avenir


Non au futur (prévision froide). Oui à l'avenir (action humaine). Dixit le Petit Prince, "l'avenir, tu n'as pas à le prévoir, tu dois te le permettre".

Ce blog est dédié aux idées d'avenir positives, aux changements. La prospective est à la fois une science de synthèse pluridisciplinaire et un art pour défricher de nouveaux territoires, repérer des courants forces, explorer des imaginaires...

C'est surtout un outil Eureka pour inventer de nouveaux produits et services, sublimer ou mythifier une marque et ses produits, créer la valeur de la valeur....

Vive l'avenir, car ce qui est génial, c'est que tout commence et que tout est possible !

Maryline

Défilant