Home » vivant » Recent Articles:

Les océans en bien commun ? Protection de la haute mer : un accord timide mais précieux à l’ONU © Futura Sciences

Capture d’écran 2015-02-04 à 15.39.14L’océan mondial situé au-delà des eaux territoriales aura un jour un statut juridique grâce à l’accord historique obtenu aux Nations Unies. Historique mais modeste : il ne s’agit que de lancer des négociations pour que la haute mer devienne un jour un bien commun, même pour les pays qui n’y ont pas accès.

Romain Troublé, de Tara Expéditions, explique les enjeux de ces discussions qui concernent la moitié de la Planète dans Futura sciences

Extrait – Pour l’instant, il n’existe que le droit de la mer, qui est avant tout un droit de passage, pour garantir l’utilisation des détroits au trafic maritime. Ce qui est en jeu maintenant, c’est la pêche, bien sûr, mais aussi la richesse venue de la biodiversité et l’importance de sa protection. L’air que nous respirons vient de là ! On y trouve des molécules qui peuvent avoir un intérêt scientifique ou médical. Les nations qui y ont accès y maintiennent un fort potentiel de recherche et développement. Il existe par exemple depuis peu un accord sur la biodiversité, qui garantit qu’un pays ne peut exploiter impunément les richesses d’un autre. Mais pour la haute mer, il n’y a rien. »

Interview complet ici et vous noterez que le Canada, les E-U et la Russie sont CONTRE ! http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/oceanographie-protection-haute-mer-accord-timide-mais-precieux-onu-57007/#xtor=EPR-17-%5BQUOTIDIENNE%5D-20150204-%5BACTU-Protection-de-la-haute-mer-:-un-accord-timide-mais-precieux-a-l-ONU%5D

Le Sea Orbiter est un projet de plateforme océanographique dérivante. Il pourrait largement améliorer nos connaissances sur l'océan en permettant à des équipes d'océanographes de séjourner longtemps en mer. Ce projet de Jacques Rougerie, en cours de réalisation, témoigne de la haute technologie à mettre en œuvre pour explorer efficacement l'océan mondial. Peu de pays peuvent se lancer dans des programmes de ce genre. © Sea Orbiter

Le Sea Orbiter est un projet de plateforme océanographique dérivante. Il pourrait largement améliorer nos connaissances sur l’océan en permettant à des équipes d’océanographes de séjourner longtemps en mer. Ce projet de Jacques Rougerie, en cours de réalisation, témoigne de la haute technologie à mettre en œuvre pour explorer efficacement l’océan mondial. Peu de pays peuvent se lancer dans des programmes de ce genre. © Sea Orbiter

Art vivant : L’AFRIQUE DEMASQUEE – exposition jusqu’au 5 mai 2013

Toujours convaincue du temps de l’Afrique  tout comme de l’importance de l’art aujourd’hui :  accélérateur de l’économie créative ; il revitalise  la ville ; il fédère les personnes et invite au partage ; ils sublime le quotidien, il nous invite au bien être et surtout  à élever les choses à une qualité supérieure …Et puis c’est beau tout simplement !

… je vous invite une fois encore à découvrir l’art africain et son artisanat autour d’une exposition d’Aude Minart (bravo pour votre travail Aude)  du :

Capture d’écran 2013-04-05 à 17.26.038 avril – 5  mai 2013

Exposition L’Affrique démasquée

Dout’s, Sénégal

 « Peintre citadin dakarois, Dout’s est travaillé par la question de l’habitat comme du désordre de la capitale sénégalaise. Il y a cohérence dans cette grammaire de l’empilement et de l’agglutination des choses sous lesquelles on devine des êtres bruyants et chaleureux bien rendus par sa palette de couleurs . »    Franck Ekra, Critique d’art

Pièces uniques :  sculptures en bronze, pierre et bois.

Objets de  parure et de décoration

Du lundi au samedi  12h-19h

Vernissage le Mardi 9 Avril à 19h

Apéritifs les mardis 16,23 & 30 Avril à 18h

 Galerie Mailletz, 17 rue du Petit Pont 75005 Paris

M° St Michel, Cité, Cluny –La Sorbonne.   RER : B, C

Contact : audeminart@hotmail.com, www.lagalerieafricaine.com, www.africanmodernart.com

 M. 06  60 24 06 26

Economie du partage : légumes partagés vecteurs de liens sociaux (nourriture à partager)

Basé sur la culture de fruits et de légumes dans des lieux accessibles à tous, le mouvement Incredible Edible repose sur la notion du don, du partage et de lien social.

Le mouvement Incredible edible est né en Angleterre à Todmoreden en 2008, au cœur de la crise, « dans une ville de marché soumise à la culture des supermarchés » comme l’explique une de ses fondatrices Mary Clear. Grâce aux réseaux sociaux, ce processus participatif citoyen a déjà essaimé sur les 5 continents, avec une forte poussée en Europe du Nord. Baptisé “Incroyables comestibles“ en France, il remporte déjà un franc succès, notamment dans l’Est de l’Hexagone et dans la Région Bretagne.

Il s’agit d’une idée simple : faire pousser des fruits et des légumes dans des lieux publics et proposer les fruits de cette culture à tous. À Todmoreden, cette initiative a démarré dans des bacs devant les écoles, puis s’est étendue aux jardins publics, aux devantures des commissariats… C’est maintenant en assemblée que les choix des plantations s’effectuent.
Cette initiative citoyenne individuelle part de jardiniers qui ont décidé de partager avec ceux qui n’avaient pas les moyens de s’acheter ces denrées. Outre le don et le partage, cette initiative a également pour objectif de créer un lien social avec les gens de son quartier, de son village en créant une abondance partagée.

Cette idée a tellement bien fonctionné que de nombreux villages ou particuliers y adhèrent en cultivant devant chez eux avec une affiche « nourriture à partager, servez vous c’est gratuit ». Certains maires mettent même à disposition des terrains. Pour les promoteurs de cette idée, plus les gens vont consommer des produits sains, cultivés localement, plus ils auront envie de consommer ce genre de produits et l’initiative devrait booster l’économie locale.
« Partager l’espace public, se l’approprier, cultiver rencontres et dialogues comme des légumes au cœur des villes et des villages, voilà notre programme » peut-on lire sur un des panneaux à côté d’un bac de fraises. « Aidez-nous à grandir » est un autre des messages que l’on trouve souvent car cette philosophie s’appuie également beaucoup sur l’éducation des enfants, la pédagogie et le dialogue.
Encore un bel exemple de l’économie du partage fondée sur une  nouvelle culture d’inclusion – dialogue,  partage et coopérations entre tous. Car outre l’aspect production, c’est un nouveau fonctionnement qui entoure ce modèle, une éducation alimentaire, un partage des recettes… et un retour aux productions locales, très en vogue actuellement.  MP

www.incredible-edible.info

Restaurant Day arrive le 17 nov en France : un concept culinaire convivial qui anime le territoire

Et si chacun pouvait ouvrir son propre restaurant le temps d’une journée ?

Depuis mai 2011, un véritable carnaval de saveurs s’organise spontanément et prend possession des rues d’Helsinki et des villes finlandaises : c’est le Restaurant Day, Ravintolapäivä.

Le Restaurant Day (http://www.restaurantday.org/fr) offre à n’importe quel gourmand l’opportunité de partager ses talents culinaires et de vendre ses créations chez lui ou bien dans la rue, le temps d’une journée.

Danemark, Hollande, Pologne, Hongrie, Norvège, Autriche, Italie, Japon, Canada, Angleterre, etc. Les pays qui participent à cette opération sont de plus en plus nombreux. Cette année c’est au tour de la France de se joindre à cet évènement qui aura lieu le samedi 17 novembre prochain.

Voici un article avec vidéo publié par Gourmandise 2.0 : chef-un-jour-restaurant-day

 

 

 

De la finance à la production d’huile d’olive super bonne, belle, à bon prix

Pierre-Julien (26 ans) et Grégory (28 ans) sont deux frères bien pensant qui  cumulent à eux deux des diplômes de Dauphine, de l’EM Lyon et de l’ESSEC.  Après des débuts dans le monde de la finance, sans doute en quête de sens,  ils décident de revenir à leurs racines grecs et de lancer leur entreprise pour commercialiser l’huile d’olive réalisée par leur famille en Grèce. Début 2010, ils sillonnent Paris sur leur scooter pour faire tester au culot (sans rv)  leur produit aux grands chefs de la ville.  Audace et bon produit ça paye !

Aujourd’hui, Le Mandarin Oriental, Thoumieux, Rostang, Gagnaire, 39 V, Colliot, la Cantine du Troquet font partie de la centaine de maisons qui se fournissent désormais chez ces deux gamins.

Second pari gagner : rentrer dans la cuisine de tout le monde ! Vous pouvez désormais trouver une gamme de trois huiles d’olives vierge extra. Chaque huile est parrainée par un grand chef :

  • La 01 : Christophe Aribert, Les Terrasses au Grand-Hôtel d’Uriage-les-Bains en Isère.
  • La 02 : Eric Guérin, La Mare aux Oiseaux à Saint-Joachim en Loire-Atlantique.
  • La 03 : Yann Tanneau, Le restaurant de l’Opéra de Paris.

Une quatrième fait également son apparition, c’est l’huile Bio.

Chaque chef a choisit l’huile d’olive qui correspondait le plus à sa cuisine parmi dix propositions. Chacune a sa particularité, «Caractère», «Equilibre» et «Douceur», voilà les trois points principaux qui distinguent ces différentes huiles d’huile d’olive.

Le deal avec les chefs est simple : pas d’argent pour leur présence sur la bouteille, juste une petite rémunération à la vente et une mise en avant du produit lorsque l’occasion se présente. Les chefs sont mis en avant de deux façons : grâce au livret qui accompagne la bouteille et à leurs recettes que vous pouvez retrouver sur le site web de Kalios.

L’huile Kalios se classe parmi les huiles de la meilleure qualité qui existe grâce à son taux d’acidité extrêmement bas (0,3%). Mais ce produit, avant d’être un produit d’une très grande qualité, est un beau produit qui habille votre cuisine et design vos tables.

Enfin le prix reste très accessible pour cette qualité (beau, bon, sympa avec les chefs !) : autour de 16 euros.  En fait,  nous sommes même dans la gamme des prix les plus bas du marché.

Kalios prépare déjà d’autres produits & surprises autour de l’huile d’olive, qui ont déjà séduit les restaurateurs et qui arriveront prochainement sur le marché.

Pour les trouver il faut se rendre dans ces différents points de vente : Lafayette Gourmet (Paris, Lyon, Nantes et Nice), Causes, La grande épicerie, et dans de plus en plus d’épiceries fines. Vous pouvez aussi la trouver sur différents sites Internet comme bienmanger.com et nova-epicerie.com. Attention la production est limitée à 15 000 litres par an  !


Ville comestible : un potager sur le toit de Paris par YA

Sur la ligne des différents articles que j’ai publié sur l’agriculture urbaine – ville comestible – Pour mémoire : Tendance agriculture urbaine – ferme verticale = http://www.proame.net/les-fermes-verticales-urbaines-bonjour-a-lagriculture-urbaine/

Agriculture urbaine : http://www.proame.net/les-fermes-verticales-urbaines-bonjour-a-lagriculture-urbaine/

… avec toujours l’idée de relocalisme, d’autosuffisance et de bons produits, voici un potager sur le toit de Paris initié par le chef étoilé Yannick Alléno, grand défenseur des produits du terroir parisien (label Saveurs Paris Ile de France). Le chef  a réussi le pari de faire pousser ses légumes sur le toit de la Maison de la Mutualité qui où il a ouvert ce printemps son restaurant Le Terroir Parisien.

Tous ces légumes et ses herbes sont  u gré des saisons et de ses récoltes mis en scène chaque jour pour 15 €.

Terroir Parisien, 20 rue Saint-Victor, 75005. Tél : 01 44 31 54 54. Ouvert tous les jours. Métro : Maubert-Mutualité/Cardinal Lemoine. A la carte environ 40 €.

A savoir qu’à Brooklyn, Annie Novak a créé aussi son potager  ! Maryline

Un blog pour l’avenir


Non au futur (prévision froide). Oui à l'avenir (action humaine). Dixit le Petit Prince, "l'avenir, tu n'as pas à le prévoir, tu dois te le permettre".

Ce blog est dédié aux idées d'avenir positives, aux changements. La prospective est à la fois une science de synthèse pluridisciplinaire et un art pour défricher de nouveaux territoires, repérer des courants forces, explorer des imaginaires...

C'est surtout un outil Eureka pour inventer de nouveaux produits et services, sublimer ou mythifier une marque et ses produits, créer la valeur de la valeur....

Vive l'avenir, car ce qui est génial, c'est que tout commence et que tout est possible !

Maryline

Défilant